mercredi 5 septembre 2012

Les traces de jardin …

Un jardin paysager d'envergure doit, à mon sens, être fondé sur une idée de base. Il doit par conséquent,  si l'on désire en faire une œuvre d'art accomplie, être ébauché et achevé, autant qu'il est possible, par une seule et unique main directrice. Ce concepteur unique est en droit et se doit d'utiliser les idées de beaucoup d'autres personnes, mais lui seul doit le façonner en un Tout dans son esprit, afin que ne se perde pas le cachet, reconnaissable entre tous, de l'individualité et de l'unité. Que l'on me comprenne bien toutefois : l'ensemble, dis-je, doit être fondé sur une idée de base; il ne saurait être question d'un travail confus effectué au hasard. L'idée directrice, créatrice, doit au contraire se reconnaître dans tous les détails. Celle-ci peut fort bien naître de la situation particulière de l'artiste ou de l'histoire ancienne de sa famille: elle peut tout aussi bien être déterminée par le lieu qu'il trouve. Mais je n'exige toutefois en aucune façon que l'on conçoive par avance dans les moindres détails le plan exact de l'exécution puis que l'on s'y tienne strictement. D'un certain point de vue, c'est même le contraire que je recommande. En effet, si les grandes lignes de l'ensemble sont par avance déterminées par l'idée, l'artiste doit continuellement, au cours de la réalisation s'en remettre de façon naturelle à ce que lui inspire son imagination, trouver fréquemment du nouveau, continuer à étudier sa matière en création - ce qui signifie notamment. Ici, observer la nature brute qui se présente à lui sous divers éclairages 
(Hermann von Pückler-Muskau, Instruction à propos du jardinisme paysagiste, 1834)

Le parc paysager de Verderonne au début du 20e siècle

Le jardin régulier en 1821

Cadastre 1821, supperposition des tracés régulier et irrégulier
Le jardin aujourd'hui

Les traces du jardin régulier, de gauche à droite : d'une ancienne allée maintenant partie boisée, d'un groupe de platanes anciennement grande allée, d'un groupe d'arbres issu d'un bosquet.

C’est la chose qui me passionne le plus … rechercher dans un jardin des traces anciennes de composition. Comment les paysagistes ont utilisé un ancien dessin pour en créer un autre. Ici, à Verderonne, on ne peut pas parler de réutilisation ...  le jardin paysager s’est installé sur un jardin régulier … mais tout est encore en place … troublant d’ailleurs … par moment on imagine être en présence d’une ancienne lisière alors que nous sommes dans une anciennes allées … On a la certitude que le groupe d’arbres est création datant du jardin paysager alors que c'est le reste d’un ancien bosquet régulier … Bref! on y perd un peu son latin .... A Verderonne nous n'avons pas un jardin qui a succédé à un autre … nous avons deux jardins : un régulier et un irrégulier … entremêlés … mais sans jamais être régulier ni mixte ... je vous le disais, on y perd son latin ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire