mercredi 26 septembre 2012

Le chêne de Pierre Mauroy ...


Le curé de chez nous, petit saint besogneux,
Doute que sa fumée s'élève jusqu'à Dieu.
Qu'est-ce qu'il en sait, le bougre, et qui donc lui a dit
Qu'y a pas de chêne en paradis ?
(Georges Brassens, Le Grand Chêne, 1966)


Le chêne de Hongrie
Mais cette tradition c’est quoi … quand un Premier ministre est nommé, 6 mois après on lui plante un arbre … un choix et un emplacement sont proposés au cabinet … du moins c’était comme ça jusqu’à Jospin … L’arbre de Pierre Mauroy n’entre pas dans ce schéma … Nous avions appris un beau jour de mai 1983 que le premier ministre souhaitait planter un arbre dans le parc de Matignon pour commémorer les deux ans de la gauche … je ne sais plus comment cela s’est passé pour le choix de l’arbre … un chêne de Hongrie ( Quercus frainetto). En revanche je me souviens très bien que nous avions profité de la mort d’un très vieux robinier pour le choix de l’emplacement… et donc … la date d’inauguration de l’arbre fêtant les 2 ans de la gauche est fixée au 22 mai ... ou le 21 … peu importe … ce qui est intéressant, c’est la période … planter un gros chêne de 6 mètres de haut en feuille fin mai est le suicide annoncé du jardinier … aucune chance de reprise, je me souviens aussi qu’il faisait très chaud … Bref ! La totale. Si bien qu’une semaine après l’arbre séchait … le pauvre vieux connaissait une reprise difficile… Nous sommes donc intervenus en diminuant d'un tiers le houppier et en utilisant des anti-transpirants … Et après une lutte acharnée (je n'exagère pas) il finit par repartir. Nous l’aimions bien cet arbre, il était notre protégé … mais quand c’est mal parti, c’est mal parti. Matignon a un sol calcaire, et le chêne n’aime pas … Nous avons rapidement commencé à le voir se « chloroser » je me souviens de traitements désespérés pour essayer d’inverser les choses … Quelques années après avoir quitté Matignon et n’être jamais repassé, je profite d’une visite pour retourner voir ce cher jardin … me promettant de rester plus que discret ... Je suis tranquillement la troupe, repère quelques vieux copains que j’ai côtoyé pendant plusieurs années notamment cet arbre de Judée que j’ai sauvé d’un abattage et que je soupçonne être un reste de palissade du 18e siècle … et la!! tout à coup!! le chêne de Mauroy n'est plus là … C’est plus fort que moi je hurle « Merde !! le chêne de Mauroy ??? » On me prend à part, comme une personne endeuillée, on m’explique en chuchotant qu’effectivement son état s’était empiré, que malgré tous les efforts et les soins, les jardiniers n’ont pas pu le sauver, il est mort il y a peu de temps … Ajoutant que Pierre Mauroy avait été prévenu... Une bien triste histoire ...
L'arbre de Judée

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire