vendredi 1 janvier 2016

Deux ou trois choses que je sais d'elle ... Ep. 12 : L'amant sublime ...

Longtemps je me suis levé de bonheur … la journée du jardinier commence tôt … Mais pourquoi bon dieu le jardinier se lève si tôt ? … Pour arroser ? Biner ? Sarcler ? C’est mal le connaitre … la raison est simple … le jardinier se lève tôt pour être le premier sur son territoire. Etre là avant les simples mortels est la première tâche du matin (…) Mais il ne suffit pas d’arriver tôt et de traverser une pelouse pour être « du jardin »,  il faut donner une âme, son âme au jardin pour en être l’interprète de ses moindres désirs … Une sorte de messager autorisé à parler de lui à l’autre monde des vivants … Mais le jardinier ne parle pas, il garde pour lui les secrets du jardin … on dit alors qu’il est bourru, voire paranoïaque… Le jardinier est-il une mémoire amnésique du lieu … ? Loin de là, sa mémoire est bonne … 
(L'année du Jardinier, Le jardinier est fou ..., 2012)
Le bosquet du Puits des Papes bien avant la tempête de 1999. Vous remarquerez l'ouverture sur l'ancien jardin paysager, le sauvage des parties boisées et le peigné autour du Baptistère
Les bosquets réguliers avec les palissades réinventées par JL Dargent et formées par Gilles Lebobe ou quand le peigné et le sauvage ne font qu'un.

L'entrée du bosquet du Puits des Papes
Les jardiniers de Champs, avant 1905, Carte postale
Gilles Lebobe, l'âme de Champs
Les deux derniers chefs jardiniers de Champs étaient des sacrés personnages ... Des sortes de Champions grandes gueules défendant jusqu'à la mort l'honneur de leur jardin ... Le premier Pierre Harmel a retouvé la composition du jardin paysager sans pouvoir hélas terminer ... La tempête de 1999 a eu raison de son oeuvre et de sa vie. Il sera remplacé par Jean-Luc Dargent qui est probablement aujourd'hui le plus grand jardinier du territoire. Jean-Luc a restauré le jardin après la tempête avec un génie que je ne connais pas ailleurs ... Après la tempête, le Sauvage n'existait plus ... tout n'était que Chaos ... Il a restauré le Sauvage !!! Quel pacte avec le Diable a t'il pu passer à la croisée d'une allée pour à la fois reinventer les bosquets, créer ces palissades et imposer le Sauvage  ??? ...
Mais si ces deux jardiniers méritent que leurs noms soient inscrits dans l'histoire de Champs au même titre que Desgots, Duchêne ou Destailleur, Gilles Lebobe, ce Raboliot jardinier au savoir faire si fin qui pêchait des brochets au croissant quand la Marne en crue pénétrait le jardin, ce jardinier que j'ai vu pleuré après la tempête de 1999, lui qui a oeuvré, soigné, taillé, sculpté le jardin pendant 40 ans pour que ce jardin soit celui de demain ... Gilles Lebobe est sans consteste possible l'âme de Champs ... 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire