lundi 30 septembre 2013

Le quai N°3 de la gare de Calvi ...

Dans ce lieu est né en 1436 Christophe Colomb, Cristofanu Culumbu, immortalisé par la découverte du nouveau monde alors que Calvi faisait partie de la nation Génoise. Mort à Valladolid (Espagne) le 20 mai 1506.
(Plaque dans la citadelle de Calvi)
La gare de Calvi

La disposition des quais de la gare de Calvi
Les quais n°1 et n°2 de la gare de Calvi
Le quai n°3 de la gare de Calvi ... Au second plan : le magnifique abri bus, les Phytolacca dioica et la citadelle de Calvi 

Reste du Quinconce de Phytolacca dioica en bas de la Citadelle de Calvi
Le Centre Cosmique de l'Univers est situé au Quai n°3 de la gare de Calvi ... Sans aucun doute ... et non,  comme l'affirmait Dali, à la gare de Perpignan (Quelle ânerie !) ...

Il faut bien l’observer ce quai n°3 de la gare de Calvi … Franchement ? A quoi peut-il servir ? Il y a déjà le quai n°1, magnifique !!! Et le 2, inquiétant !!! … mais le 3 ? que fait-il là ? On n'y voit jamais de train, jamais de passager, jamais de cheminot … Rien, il ne s’y passe rien … ùn ci hè nulla ...  Tout semble y disparaître comme si toute matière approchant se trouvait automatiquement expédiée dans le cosmos … ça fout les jetons !! 

Ce quai n° 3 est à relier bien évidemment avec Cristofanu Culumbu, plus connu sur le continent sous le nom de Christophe Colomb … Quoiqu’en dise mon fils, un tantinet "ribellu" en ce moment, Christophe Colomb est bien né à Calvi et serait, selon moi, très mêlé à ce quai n°3, à ce Centre Cosmique … Il est d’ailleurs troublant que Centre Cosmique et Christophe Colomb aient les mêmes initiales … je peux même aller plus loin en reliant ChriStophe Colomb et Corsica Sempre Corsa ... mais je me demande si je ne pousse pas un peu ... 
Bref!  depuis le Centre Cosmique, le petit Christophe découvre le monde, l'univers ... Pour éviter des séances fastidieuses de torture, notre amigo Cristóbal Colón ne pouvait pas dire à sa copine Isabel I de Castilla qu’il avait eu connaissance de l’Amérique depuis ce Centro Cósmico ... Le fameux quai n°3 de la gare de Calvi … Il a donc inventé une histoire de route des Indes complètement bidon ... il savait pertinemment ce qu’il faisait et où il allait ... 

Bien plus troublant encore, la présence du Phytolacca dioica à Calvi … C’est là que je suis très fort voire génial … Pourquoi ? 
Le premier Phytolacca dioica venant d'Amérique aurait été planté pour la première fois en Corse … au 19e siècle … foutaise … C’est entre 1436 (Naissance à Calvi de Cristofanu Culumbu ) et 1451 (Naissance à Gêne de Cristoforo Colombo) que notre petit Christophe, lors de ces voyages dans le cosmos et en Amérique, rapporte et plante à Calvi le Phytolacca dioica … Calvi possède 2 quinconces magnifiques et rarissimes de Phytolacca dioica : un,   curieusement près du quai n°3 de la gare de Calvi … L’autre, en bas de la citadelle, lieu de naissance de Christophe Colomb … Et ce n’est pas tout … Comment les indiens d’Amérique nomment-ils cet arbre ??? "Umbu" ! Extraordinaire non ? ...  "Umbu" est, comme chacun sait, le diminutif de Cristofanu Culumbu, qui n’est autre, j'insiste, que le (vrai) nom (Corse) de Christophe Colomb … tout concorde ... D'ailleurs c'est une évidence ... Comment le Centre Cosmique de l'Univers pourrait-il se situer ailleurs qu'en Corse ?  Hè cusi ...

jeudi 26 septembre 2013

Histoire de Faussaire ...

Se découpant sur champ d'azur,
La ferme était fausse bien sûr,
Et le chaume servant de toit,
Synthétique comme il se doit.
Au bout d'une allée de faux buis,
On apercevait un faux puits
Du fond duquel la vérité,
N'avait jamais dû remonter. 
(Georges Brassens, Histoire de Faussaire, 1976) 


Plans avec retombes de Robert de Cotte, 
Autre plan dudit château avec projets pour un parterre -  
Château de Maintenon - dessin - 1686 - 
 (Bibliothèque nationale de France)

Carte de l'aqueduc Royal - Maintenon - 1687
Au 17e Siècle par Aveline
 Au 19e siècle par Adolphe Maugendre

Maintenon,  le parterre Achille Duchêne - 1898

Par IGN en 1968
Belle évolution que ce parterre de Maintenon... Hélas, encore une fois, l'Annus horribilis Le Nôtre a encore frappé et sacrément bas … Le parterre du château de Maintenon, celui créé par les Duchêne a disparu, rayé de la carte des jardins pour laisser place à une restitution tellement injustifiée, tellement laide, tellement mal faite et tellement imbécile que je ne peux décemment ni vous la montrer ni même vous la décrire … Ce parterre, nous dit-on, a été réalisé par un maître jardinier … Vingt dieux on est sauvé !!! Mais c’est quoi un maître jardinier ??? ...

lundi 23 septembre 2013

Cinéma Cinéma ...

Il s’agit d’imitation, un peu. J’adore ça, et me déplacer dans les registres d’une voix, composer, devenir totalement quelqu’un d’autre. Mais j’ai surtout cherché un centre de ­gravité sur lequel je pourrais me sentir à l’aise et qui me donnerait ce sentiment d’autorité que je n’éprouve pas forcément dans la vie. J’ai cru le trouver dans la voix et dans le regard ­volontaire, chose que je serais incapable de refaire aujourd’hui sur commande.
(Denis Podalydès, Paris Match, à propos de La Conquête, 2011)
Yves Saint-Laurent, Che Guevara, Général Custer 
John Ford, John Ford et John Ford répondait Orson Welles à la question d'un journaliste qui lui demandait de citer les plus grands maîtres du cinéma ... Ce n'est pas un hasard si John Ford n'est pas tombé dans le traquenard actuel ... Faire un film historique où le seul intérêt semble être la ressemblance à l'extrême avec le personnage de la réalité ... Je vous donne ici deux films avec deux sosies "troublant de ressemblance" comme on peut lire partout ... Yves Saint Laurent et Che Guevara …Si vous voulez mon avis ... cette "troublante ressemblance" n'apporte rien ... Je pense même qu'elle trahit l'histoire, le film... Le cinéma devient "docu-fiction", … Il est vrai qu'on peut se demander : Mais comment faire autrement ? ... De Gaulle doit ressembler à De Gaulle, Lady Di à Lady Di et Napoléon doit être petit et brun et ne pas ressembler à l'amiral Nelson ...


Confrontation iconographique 


John Ford, Fort Apache, 1948 
Pourtant, dans Fort Apache, pour raconter à sa manière la bataille de la Little Bighorn, grande tragédie de l'histoire américaine avec le Général Custer, à la fois héros et pathétique personnage de l'histoire américaine, John Ford raconte une autre histoire .. Henri Fonda est le lieutenant-colonel Owen Thursday ... Le lieutenant-colonel Owen Thursday est Custer... Les Sioux sont des Apaches, Sitting Bull et Crasy Horse sont Cochise et Geronimo ... Les plaines du Dakota sont devenues Monument Valley ... Bref ! John Ford raconte une histoire, il fait du cinéma et bien évidemment avec force ... Rien de bien nouveau me direz-vous .. Certes!! ... Que cela vous plaise ou non, je vais rapprocher tout ça avec le jardin ... Comment faire la différence entre un jardin pastiche de la catégorie "Sosie" et un jardin ... un vrai ... que l'on pourrait appeler désormais " jardin Fordien®" . Repérer un jardin de type "sosie" est un bon exercice et pas facile du tout ... parce qu'il n'est pas toujours très évident de déterminer si l'on est confronté à une grande oeuvre ou à une merde en série ... 

En attendant, deux exemples de jardins probablement copiés dans La Théorie et la pratique du jardinage de Dézallier D'Argenville et retravaillés sans grand génie ... On choisi comme dans un catalogue  ... on pioche selon les goûts, le résultat est magnifique puisque ça ressemble ...  Mais ne les condamnons pas trop vite ... quand j'en repère un, je le regarde avec une tendresse particulière, un peu comme on regarde un chien bâtard qui ne ressemble à rien ... on se dit "Mon pauvre vieux, tu n'as pas eu de bol ..."

Quant aux " jardins Fordiens®" promenez-vous dans ce blog, il y en a plein ... 


 Antoine Joseph Dezallier d’Argenville. La Théorie et la pratique du jardinage,1709 -  
Exemples de deux jardins de bon goût 


A Gauche, projet de parterre de l'Hôtel Héron, Moulins (Allier). A droite le premier jardin de l'Hôtel de Matignon à Paris ... c'est un peu comme un jeu des 7 erreurs mais à l'envers

vendredi 20 septembre 2013

De Mount Vernon à the High Line (en passant par Chambord) ...

I want a Man that will labour hard, knowing at the same time how to keep a Garden in good Order and Sow Seed in their proper Seasons in ground that he has prepared well …
(George Washington’s specification for a gardener,1771)
It is always in one’s power to cut a tree down, but time only can place them where one would have them, after the ground is stripped.
(George Washington, letter to his manager, 1795)
The whole plantation, the garden, and the rest prove well that a man born with natural taste may guess a beauty without having seen model. The General has never left America … But seems as is he had copied the best samples of the grand old homesteads of England
(Julian Niemcewicz, a Polish guest at Mount Vernon, 1798)


Mount Vernon, la vue sur le Potomac 

Mount Vernon, restitution du potager

Mount Vernon, la partie boisée

La High Line, sous les plantes la voie férrée
Vue depuis la High Line
Quoi de plus éloigné que Mount Vernon et la High Line ? Quel rapport entre l'émouvant Mount Vernon, propriété de George Washington,  jardin très anglais au charme désuet et la magnifique High Line à la composition très actuelle ? Nous sommes dans une continuité  sans faille de l'esprit citoyen américain attaché à son patrimoine, à son histoire ... 
Mount Vernon est, en 1857, le premier domaine à être protégé dans sa totalité … Une parenthèse (je rappellerais que les Listes de 1840 et de 1862, n'en déplaise aux juristes incultes, protègeaient de fait sous l'appelation   "Château" ou "Palais"  l'ensemble du domaine...  ainsi en 1840, la protection "château" de Chambord inclut de fait le Domaine dans son ensemble)
Je reprends ... Mount Vernon fût sauvé de la ruine et probablement du démantèlement en 1857 par Ann Pamela Cunningham et son association "Mount Vernon Ladies" ... La High Line, c'est la même histoire … Prise de conscience de deux New Yorkais attachés à leur vieille voie de chemin de fer, Joshua David et Robert Hammond. Ils entreprennent de la sauver d’une destruction programmée … ils fondent les " Friends of the High Line". Ces deux associations, à 150 ans d’écart sensibilisent, protègent, collectent des fonds … à Mount Vernon, en 1857, on met sous cloche le domaine, il doit rester comme l'a connu George (et Martha) Washington... à la High Line en 2009, les voies, envahies par une végétation spontanée, sont conservées ... on créé un jardin par dessus … une cloche végétale en quelque sorte ... 

mardi 17 septembre 2013

La High Line ...

Touristes à la High Line
Indienne à la High Line
Jardinier(e) à la High Line
Helleborus corsicus à la High Line

vendredi 13 septembre 2013

Les J.E.P !!! ...

À l’étage, l’appartement des parents est un chef-d’œuvre de l’esprit UAM. La chambre, traitée en monochromie – murs beige très clair, sol revêtu d’un tapis en laine naturelle blanche, rideaux et dessus de lit en satin beige – dégage une impression de luxueuse élégance. Les meubles et les boiseries ont été réalisés en palmier naturel verni – une essence de bois de placage qui connaît dans les années trente une vogue éphémère, illustrée par les meubles d’Eugène Printz. De longues enfilades occupent, en partie médiane, deux des murs de cette vaste pièce. La plus grande, qui mesure deux mètres quarante, est pourvue de portes en palmier, munies de poignées cylindriques sur plaques rectangulaires en cuivre patiné noir, et d’un encadrement ivoire (dessus, côtés et base). Une table à double plateau, dotée d’un casier à secret, est placée devant le lit. Les fauteuils sont en palmier, à dossier et assise rembourrés, initialement recouverts de satin blanc. Les pieds et les accoudoirs ont une section rectangulaire ; leurs traverses latérales et leurs sabots, comme ceux de la table, sont en métal teinté «canon de fusil». Face à la fenêtre, une longue gorge réfléchissante apporte à cette chambre un éclairage confortable. La tête de lit, également en palmier, comporte des chevets, celui de gauche étant composé d’étagères, et celui de droite d’un cabinet cubique servant de support pour le téléphone, avec des casiers permettant de ranger quelques livres.
(Jean-François Pinchon,  La chambre des parents )

Ouverture exceptionnelle et gratuite du parc et du corps central de la Villa Cavrois 

Première photographie en couleur de la vila Cavrois publiée dans L'Illustration - 20 mai 1939
(extrait de Robert Mallet-Stevens - la villa Cavrois, Richard Klein, Ed. Picard)

Les journees du patrimoine 

Le site Mallet-Stevens

mercredi 11 septembre 2013

Regarder ce que l'on veut montrer ...

Il observe que l'angle embrassé d'un regard est d'environ 22° et que cet angle se mesure par un écartement des deux mains, en joignant les deux poignets. Il éprouve la sensation de l'universel lorsqu'il retrouve cet angle dans l'axe du Taj Mahal.

Explications par René Pechère

(Laurent Grisel, Sylvie Desauw, Les jardins de René Pechère, 2002 )
Exemple un peu tiré par les cheveux avec Compiègne ... mais sur place ça marche 


 François Truffaut par  Pierre Zucca
Vous avez compris ? ... Pas besoin de vous expliquer ... Ce qui me plait dans cette histoire de 22°, c'est la façon de faire ... la technique du paysagiste rejoint celle du metteur en scène ou vice versa ... Regarder ce que l'on veut montrer ... Regarder ce que l'on a déjà dans la tête, regarder ce que l'on a construit intellectuellement  ... une scène de cinéma, une Fabrique ... Disposer des acteurs, disposer un groupe d'arbres ... Où placer la caméra ? Où placer le point de vue ?? avec ses deux mains et ses deux yeux ... et puis,  je peux vous avouer que de poser avec François Truffaut ça me plait bien aussi ...


lundi 9 septembre 2013

Calendrier du Bon Jardinier de 1947 : Septembre ...

Le Calendrier du Bon Jardinier de 1947 est signé Eugène Laumonnier et Maurice Marcel

Septembre amène les prémices de l'automne. La moyenne mensuelle de température est généralement inférieure de 3° à celle du mois précédent. Les quelques belles nuits claires présagent des gelées blanches dans les vallées. La maturation des fruits du Troène vulgaire (Liguslrum vulgare Linné) et la chute des Marrons d'Inde indiquent bien la période automnale. — La floraison de l'Aster Œil-du-Christ (Aster Amellus Linné) et du Soleil Orgyale (Helianthus orgyalis De Candolle) donnent .la moyenne climatique du mois de septembre.

POTAGER

TRAVAUX GÉNÉRAUX.
Mise en pépinière des Choux et Laitues de printemps. — Repiquage de l'Oignon blanc en côtière de l'Est pour les variétés très hâtives et en plein carré pour celles de saison. Blanchissement sur place des Cardons. — Œilletonnage des Artichauts et rempotage en pots de 12, 14 pour les conserver sous châssis froids. — Blanchiment du Céleri. Replantation de bordures d'Oseille vierge et d'Estragon. Achever la récolte et la dessiccation des graines. — Mise en état, nettoyage et désinfection des caves, silos fixes et resserres à légumes.
SEMIS EN PLEINE TERRE.
Choux de printemps, Laitues et Romaines d'hiver, Mâches, Epinards, Radis (en côtières).
SEMIS SOUS VERRE.
En ados et sous cloches à froid (à la fin (le la deuxième décade). Choux-fleurs (variétés à forcer et pour cultures printanières), Laitues et Romaines.
Dernier semis de Haricots pour récolter en filets (culture retardée en bâche).
FORCAGE.
 Pincement des Vignes et Pêchers. Enlèvement des feuilles mortes et stolons sur les plants destinés au forçage. - Dans la dernière décade rempotage en pots de 16 ou de 17 des Fraisiers destinés au forçage en bâche. — Traitement à la Bouillie bordelaise nicotinée de tous les plants de Fraisiers (pépinières, plants rempotés et de culture hâtée). Arrosages et bassinages des arbres en pots. - Derniers arrosages et bassinages des Vignes de culture retardée.
Réchauffer les couches de plants d'Ananas; surveiller la floraison des plants, ralentir les bassinages; préparer la bâche de fructification pour la plantation du mois prochain. — Mise en place dans les premiers jours du mois, dans les bâches avant servi à la culture forcée, des Melons, des pieds de Fraisiers (variétés remontantes à gros fruits) pour la culture retardée. Pincement des Melons de dernière saison en bâche.
 Pose des panneaux sur les abris à Pêchers de culture retardée.

FRUITIER ET VERGER

Terminer les pincements et cassements. — Effeuillage modéré des Vignes et Pêchers; mise en sacs des grappes de Raisins. — Destruction des guêpiers et des nids de Frelons. — Récolte et séchage des Prunes à pruneaux.
Selon l'état d'avancement de la saison, début dans la dernière décade de la récolte des fruits d'hiver. -Mise en futailles des fruits destinés à la distillation. — Défoncements pour les plantations nouvelles et les remplacements.
Pépinières.
 Terminer les greffes en écussons. — Désonglettage des scions de Poiriers et Pommiers de l'année précédente. — Ablation des gourmands et visite des ligatures sur les arbres écussonnés en août dernier.

Désonglettage : difficile à placer dans une conversation ... je vous livre la définition de Monsieur Delplace (Le Chasseur Français  1952)
 Après l'écussonnage à œil dormant, on ne fait aucune taille sur le sujet avant l'hiver. C'est seulement vers février, mais en tout cas avant le départ de la végétation, que celui-ci sera coupé à 10 centimètres environ au-dessus de la greffe. L'onglet ainsi conservé servira, dans le cours de la belle saison, à attacher la jeune pousse d'écusson. Il sera retranché vers la fin de l'été : c'est ce que l'on appelle le désonglettage.
Début des défoncements de carrés nouveaux. Préparation du carré des enjaugeages.


JARDIN D’AGREMENT

TRAVAUX DE PLEINE TERRE

Travaux d'entretien et de propreté se poursuivent comme les mois précédents; la maturité 'des graines est à surveiller. Les tontes continuent pour les gazons mais les arrosages sont modérés. Le bouturage des plantes molles se termine; la Calcéolaire rugueuse est bouturée sous cloche.
Rempotages en godets de 7 ou 8 des boutures de plantes molles faites en août; des plants de Calcéolaires, Cinéraires, Primula. Les Azalées et Rhododendrons destinés au forçage sont mis en pots, vers le 10 septembre, les Chrysanthèmes ayant passé en pleine terre subissent la même opération; de même les Cyclamens de Perse; ils seront tenus quelques jours à l'étouffée.


Cyclamens de Perse (ou de Naples?) dans le magnifique She Wore a Yellow Ribbon 
Bouturage des Œillets doubles à grandes fleurs destinés à fleurir en serre à partir d'octobre de l'année suivante.
Certaines plantes annuelles rustiques peuvent être semées directement sur place : Centaurée bleuet, Coquelicot, Eschscholtzia, Julienne de Mahon, Pavot annuel, Pied d'alouette double des blés, Pois de senteur, etc... qui résisteront en hiver normal. D'autres seront hivernées sous châssis à froid ou en serre tempérée afin d'avancer leur floraison l'année suivante : Agératum, Chrysanthèmes annuels, Clarkia, Coréopsis, Gaillarde, Giroflée quarantaine, Godetia, Immortelle, Œillet de Chine, Phlox de Drummond, Schizanthus, etc.
Parfois à la fin du mois les Dahlias sont gelés, de même certaines plantes molles; il y a lieu de les remplacer par des Chrysanthèmes élevés en pépinière. La plantation des arbustes à feuilles persistantes : Aucuba, Conifères, Mahonia, Rhododendron peut être commencée.

SERRES, BÂCHES ET ORANGERIE

 La chaleur diminue, les nuits sont plus longues, la végétation étant moins active, les arrosages à l'engrais liquide des plantes en pots mises en pleine terre sont arrêtés; ceux à l'eau claire sont espacés, ils se font de préférence le matin.
Les rempotages indiqués en août doivent être terminés dans les premiers jours du mois, un peu de chaleur favorise la reprise.
Cesser d'arroser les plantes bulbeuses de serre : Achimenes, Caladium du Brésil, Gloxinia, etc... Vers la fin du mois commencer à rentrer les plantes les plus délicates : Azalées de l'Inde, Richardia (Zantedeschia), ainsi que les pieds-mères de plantes molles : Achyranthes, Coleus, Géranium, etc... pour en tirer des boutures au printemps suivant.
Repanneauter les serres, bâches et châssis. Le rempotage des bulbes à forcer : Jacinthes, Narcisses, Tulipes, etc... doit être fait pour le 1er octobre afin de provoquer la sortie d'un abondant chevelu avant de les rentrer en serre; les pots sont enterrés sous châssis à froid.