mardi 11 septembre 2012

Back to Matignon ….

Un homme sort de chez lui
C'est très tôt le matin
C'est un homme qui est triste
Cela se voit à sa figure
Soudain dans une boîte à ordures
Il voit un vieux Bottin Mondain
Quand on est triste on passe le temps
Et l'homme prend le Bottin
Le secoue un peu et le feuillette machinalement
Les choses sont comme elles sont
Cet homme si triste est triste parce qu'il s'appelle Ducon
Et il feuillette
Et continue à feuilleter
Et il s'arrête
A la page des D
Et il regarde à la colonne des D-U du...
Et son regard d'homme triste devient plus gai plus clair
Personne
Vraiment personne ne porte le même nom
Je suis le seul Ducon
Dit-il entre ses dents
Et il jette le livre s'époussette les mains
Et poursuit fièrement son petit bonhomme de chemin.
(Jacques Prévert, Quelqu'un, ?)


Jacques Chaban Delmas

Hôtel de Tingry, Hôtel de Matignon, Hôtel du Duc de Valentinois, Hôtel de Monaco, Hôtel du Prince de Bénévent, Hôtel de Galliera, Ambassade d’Autriche-Hongrie, Ancien Hôtel de Monaco,  … et Enfin « Matignon » … tous ces noms pour un même lieu traduisent une histoire mouvementée et nous renseignent sur les propriétaires … je vous en avais parlé …
A Matignon, il y a une rupture entre 1914 et disons 1945 … Cette rupture fera que les jardiniers (et uniquement eux) vont, en fonction des usages, des végétaux, de l’architecture du jardin nommer les différents espaces  … D’abord il y a les vrais noms de jardin : Boulingrin, Tapis Vert… Un Sophora pleureur donnera son nom à une pelouse et à une allée alors que le Tulipier, pourtant sur la même pelouse que le Sophora , ne se contentera que d’une allée … etc. Trois toponymes méritent qu’on s’y arrête.
L’Allée des Peintres : C’est très amusant, le visiteur reliera systématiquement le mot « peintre » à « artiste peintre » … et l’on peut très nettement voir son esprit vagabonder imaginant une foule de peintres peignant le parc de Matignon … en fait (et je suis désolé, croyez moi) cette allée était régulièrement employée par une équipe de peintres en bâtiment qui avait son atelier au bout de cette allée … et deux à trois fois par jour les peintres la descendaient ou la remontaient pour vaquer à leurs occupations.
Le Rond du feu : Appellation étonnante, le Rond étant un nom utilisé en Grand parc ou espace forestier … Ce Rond là est minuscule, d’ailleurs il serait intéressant d’enquêter et de se demander si ce n’est pas le plus petit Rond du monde … les jardiniers l’appellent (l’appelaient ?) le Rond du feu parce que c’était l’endroit ou ils brulaient les produits de la taille des arbustes … jusque dans le milieu des années 80 … Difficile à imaginer maintenant … Je me souviens d’une colonne de fumée traversant le parc et enveloppant l’Hôtel …
Mais le plus intéressant pour le chercheur est la Pelouse du Tennis. Un jour, je demande à un jardinier « mémoire du lieu » ou ce trouvait ce fameux tennis. Il me répond qu’il n’y en a jamais eu, seulement un projet sur cette pelouse lors du passage à Matignon de Jacques Chaban Delmas voulant parait-il un tennis … Bien plus tard en effectuant des recherches, je peux lire que L’Autriche-Hongrie confia pendant la guerre 14/18 l’entretien de son Ambassade à celle des Etats-Unis … il était également précisé « l’entretien du terrain de tennis », où était-il … ? Mystère...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire