jeudi 28 novembre 2013

Vayres, un jardin de Ferdinand Duprat ...

Le plus beau jardin moderne est celui qui correspondra le mieux à la culture intellectuelle de son possesseur, à l'idéal, aux goûts et aux besoins de l'homme, intellectuel, artiste, industriel ou travailleur, qui doit en jouir pleinement. Dans l'histoire des jardins j'ai dégagé de chaque période les principes essentiels qui sont toujours vrais, toujours applicables, et qui doivent par conséquent nous guider parce qu'ils découlent des lois naturelles de la perspective, de l'architecture, de la décoration. Un artiste en possession de ces principes n'a plus qu'à les appliquer dans ses créations qui doivent pratiquement satisfaire les besoins et le plaisir de son client. Au XVIIe siècle, l'intérêt du jardin résidait surtout dans la majesté du dessin dont les lignes s'harmonisaient avec celles des constructions. Pendant le XIXe, au charme du paysage on ajoutait celui des végétaux rares et d'introduction récente. Il est évident qu'un jardin en prolongement d'un bâtiment d'une architecture bien accusée doit s'harmoniser avec la construction. Il faut donc le restaurer ou le dessiner à nouveau à la manière de l'époque, et pour cela, rechercher une documentation sûre non seulement pour le dessin mais aussi pour le choix des végétaux qui doivent être ceux du siècle afin de recréer l'ambiance qui convient.
(Ferdinand Duprat, L'architecture des jardins, 1947)

Le jardin du château de Vayres

Le jardin du château de Vayres

Le jardin du château de Vayres

Le jardin du château de Vayres

Le jardin du château de Vayres

Le jardin du château de Vayres
Sacré Duprat, il a bien retenu sa leçon.  Il nous vend une restitution et il n'en fait qu'à sa tête ... Je me demande si ce n'était pas le discours obligatoire des paysagistes des années 30 afin de pouvoir travailler ... Régulier certes,  mais de là à dire que c'est dessiné à la manière de l'époque ... je doute ... Vayres est un drôle d'endroit, à voir bien sûr ... à la fois intéressant et en même temps difficile à ressentir, une certaine froideur disons ... Cet endroit est bizarre avec des contrastes de forme, de modelé ... Bizarre et peut-être un peu confus comme le discours de notre ami Duprat ... 

lundi 25 novembre 2013

Regarder Ava Gardner se baigner nue dans la piscine ...

Il avait coupé les deux nattes tout près de ma tête avec un rasoir, et les autres riaient, et je ne sentais même pas cette coupure à l'oreille, et alors il est venu devant moi et il m'a frappée à travers la figure avec les nattes, pendant que les autres me tenaient, et il disait : " c'est comme ça qu'on fait des nonnes rouges. Ça t'apprendra à t'unir avec tes frères prolétaires. Epouse du Christ Rouge ! " Et il m'a giflée encore et encore avec ces deux nattes qui avaient été à moi, et puis il me les a mises toutes les deux dans la bouche et les a nouées serrées autour de mon cou pour faire un bâillon et les deux qui me tenaient riaient. Alors, celui qui m'avait frappée m'a passé une tondeuse sur tout le crâne ; d'abord depuis le front jusqu'à la nuque, puis en travers sur toute la tête et derrière les oreilles, et ils me tenaient de façon à ce que je voyais, et je pleurais et je pleurais, mais je ne pouvais pas détourner les yeux de l'horreur de ma figure, avec le bouche ouverte et les nattes qui en sortaient, et ma tête qui sortait nue de sous le tondeuse. Et quand il a eu fini, il a pris le flacon d'iode sur l'étagère du coiffeur, ils avaient tué le coiffeur aussi, parce qu'il faisait partie d'un syndicat ; il était étendu devant la porte de la boutique, et ils me l'avaient fait enjamber quand ils m'avaient amenée là, et alors, avec le pinceau du flacon de teinture d'iode, en dessinant les lettres lentement et soigneusement comme un artiste, et je voyais tout cela dans la glace et je ne pleurais plus parce que mon cœur était de nouveau glacé à cause de mon père et de ma mère, et ce qui m'arrivait maintenant n'était rien, et je le savais."

(Ernest Hemigway, Pour qui sonne le glas, 1940)

La vue de chez Ernest Hemingway à la Havane

Alignement de je ne sais plus trop quoi dans le jardin d'Hemingway à la Havane

La piscine de la Havane où Ava Gardner se baignait nue

La piscine de Key West

Détail du sol à Key West
Chat polydactyle à Key West 
La longue vue de la Havane ... 
Lorsqu'il résidait à Key West, Ernest Hemingway travaillait le matin, péchait l'après-midi et buvait le soir ... Un saint homme que j'aurai dû depuis longtemps imiter, notamment pour le talent ... malheureusement le talent attendra et je ne supporte pas des doses d'alcool dignes d'Hemingway , il me me reste que la pêche ce qui est une bien maigre consolation ... J'ai visité ses deux maisons : à la Havane et à Key West ... Grosso modo, c'est le même modèle ... Grande maison, bureau à l'écart et peinard dans une annexe, jardin et piscine ... Le jardin de la Havane mérite attention ... véritable rapport au paysage avec un alignement bien différent de ce que l'on peut voir par ici  ... Le jardin de Key West présente un intérêt moindre excepté   ses habitants, des chats polydactyles descendants, parait-il, des chats d'Ernest Hemingway ... Le point commun est qu'on est bien chez Ernest... on a envie d'y rester, d'adopter son rythme, écrire, pécher et picoler (le tout avec quelques Havanes) ... et de temps en temps, comme au temps d'Ernest, regarder à la longue vue Ava Gardner se baigner nue dans la piscine ... Nom de Dieu !! Regarder Ava Gardner se baigner nue dans la piscine ... Regarder-Ava-Gardner-se-baigner-nue-dans-la-piscine ... Déjà mon passe temps préféré ... 


Mojito en attente dans un bar à la Havane

jeudi 21 novembre 2013

Airpocalypse ...

Quand la Chine s'éveillera, le monde tremblera 
  (attribué à Napoléon 1er, 1816)

Image satellite de la NASA, nuage de pollution en Chine

Airpocalypse ? : C'est le nom donné par les chinois à ce nuage de pollution ... pas gai ... Lire l'article d'Audrey Garric : L’immense nuage de pollution en Chine visible depuis l’espace


et pendant que vous y êtes ...
Jean-François Doulet -  La ville « made in China »


lundi 18 novembre 2013

Faire le Zouave en 14-18 ...

Moi mon colon, celle que je préfère,
C'est la guerre de 14-18
(Georges Brassens, La Guerre de 14-18, 1962)

Zouaves faisant leur lessive, vers 1913
 
 attribué à J-B Tournassoud, autochrome 
Zouaves posant sur un mur, vers 1913 ,
 attribué à J-B Tournassoud, autochrome 

Mon Grand Père est un héros anonyme de 14-18 ... Il était Zouave au 1er Régiment de Marche de Zouaves ... il a eu toutes les médailles … de la Légion d’Honneur (1936) à la Distinguished Conduct Medal (1919) (Médaille de la Conduite Distinguée, GB) en passant par la Croix Flamande des Trois Cités (Nieuport, Disxmude et Ypres, médaille Belge créée en 1957) pour, je cite " sa participation à la défense du dernier lambeau de territoire belge au cours de la guerre de 14-18"  et la plus glorieuse, celle qui fait de lui ce héros de guerre, la Médaille Militaire pour fait de guerre, sur le front le 27 septembre 1914 …

je cite :

Le Général Joffre Commandant en chef a conféré la Médaille Militaire à (mon grand père) Zouave de 2e classe à la 17e compagnie du 1er Régiment de Marche de Zouaves.
" N’écoutant que son courage et malgré une violente fusillade de l’infanterie Allemande, aidé d’un camarade, se précipita hors de l’enceinte de la position, alla chercher une mitrailleuse ennemie abandonnée et la rapporta dans les lignes Française d’où elle fut évacuée sur l’arrière" 
                                                                                   Aux armées le 27 septembre 1914
                                                                                   Le général commandant en chef 
                                                                                   Joffre

(Quand je pense que j’ai failli ne jamais exister pour une mitrailleuse allemande abandonnée)
Mon grand père a fait toute la guerre, de 1914 à 1918 … il y a cette Médaille Militaire de 1914, il sera cité à l'ordre de la division en septembre 1918. Entre les deux, il y a d'autres citations et un sacré merdier. Surtout gazé, il finira par en mourir en 1959,  et une voix éraillée à cause d'une balle allemande prise probablement en 1915 et qui lui traversa la gorge, elle sortira par l'épaule.
Je ne l'ai pas connu, je suis très fier de lui, je recherche sa guerre, j'ai fini par trouver des trucs ...
le 16 septembre 1917, mon grand père est à la 15e compagnie du cher 1er de Zouaves (comme on dit) quelques éléments de cette 15e compagnie participent à une embuscade bien connue de ma famille puisque mon grand père fût cité pour ce fait d’arme… Je retrouve également un nom connu , le lieutenant Crochu, chef de la 15e compagnie, c’était un dur à cuire chargé d’aller chercher des renseignements en face. Il parait que ce Crochu était furibard quand il ne ramenait personne ... Vous voyez l’ambiance ? Ce devait être un bonheur d’être dans sa compagnie … mon grand père y était …

16 septembre 1917
Extrait du Journal des Marches et Opérations du 8 avril au 31 décembre 1917 
Ce Journal des Marches et Opérations du 1er Régiment de Marche de Zouaves raconte également heure par heure l’attaque du Mont Cornillet le 20 mai 1917. Mon grand père y était, il est cité à l'ordre du régiment ... une fois de plus … Le rapport de cette bataille est rédigé par le colonel Poirel, commandant du 1er de Zouaves et de l’attaque, c’est d’une violence et d'une froideur militaire redoutable :

20 mai 1917 - Attaque du Mont Cornillet
Extrait du Journal des Marches et Opérations du 8 avril au 31 décembre 1917 
Le site de la bataille du Mont Cornillet
Mais bon! tout ça c'est le vernis qui entoure cette guerre ... Mon grand père était pauvre au début de cette guerre et encore plus à la fin ... son frère ne reviendra pas ... De cette sale guerre, il ne s'en est jamais remis psychologiquement ... Incapable de prononcer ni même d'entendre le mot "allemand". Antimilitariste convaincu,  incapable de dire un seul mot sur cette guerre, il n'en a jamais parlé sauf une seule fois, il a dit à mon père qu'il pensait être foutu quand il étouffait après que la balle lui ait traversé la gorge ... Ce que l'on sait de lui a été raconté par un de ses amis de tranchée. Comme pour des millions de jeunes mecs, cette guerre a brisé sa vie.  Reconnaissance de la Nation me direz vous ? Après la guerre, sans formation et bien diminué physiquement, il recherche un emploi, il postule pour être gardien de musée ... on lui répond qu'il est trop petit ... 


Mon grand père en Zouave vers 1918

jeudi 14 novembre 2013

Le Jardinier du Pays-Bas ...

... où sont décrites toutes sortes de belles maisons de plaisance & de campagne, & comment on les peut planter, semer & embellir de plusieurs herbes, fleurs & arbres rares, par J. vander Groen, jardinier de son altesse M. Le Prince d'Orange etc., enrichy de plusieurs belles figures, qui représentent plusieurs belles maisons de plaisance, & de campagne, basties à la mode du Païs-bas & de France, comme aussi quelques fontaines, manière de provigner, d'enter & greffer en écusson, en fente & en approche, avec environ 200 modelles de parterres à fleurs & autres labirintes, pavillons, ouvrages treillissez & maillez de lates & de quadrans ou horloges solaires
Frontispice : Jan Van der Groen, Le Jardinier du Pays-Bas, 1672
Le Dragon. 
On plante le Dragon en des endroits chauds, dans de la terre qui foit bonne & graffe , à la fin du mois de Mars, ou au commencement du mois d'Avril, & on le couvre en Hyver avec de la paille, du fumier de Cheval, ou de la paille de Paniz, ou blé Sarrafin. Il provient des furgeons qui pouffent aux coftez de cette plante.
(Jan Van der Groen, Le Jardinier du Pays-Bas, 1672)

 Planches : Jan Van der Groen, Le Jardinier du Pays-Bas, 1672

 Planches : jardin & parterre, à la mode du Païs-bas -  Jan Van der Groen, Le Jardinier du Pays-Bas, 1672

J'aime les titres longs ... ici, je suis servi ! Il est rigolo ce livre, il est à mi-chemin entre le Dézallier d'Argenville, le Audot, le Bon Jardinier et peut être Rustica ... Les dessins sont magnifiquement malhabiles et le " jardin & parterre, à la mode du Païs-bas  " est à lui seul une vraie merveille et une grande leçon d'histoire des jardins  ... Le Jardinier du Pays-Bas est à lire ... 

Mais pourquoi donc lire un traité du 17e siècle ??? 

                                      Ne serait-ce que pour entretenir sa culture jardin ... 

Je suis allé à Maintenon, voir ... Oui, de temps en temps il  est nécessaire de se faire mal et j'ai bien pleuré ... Le nouveau parterre de Maintenon est le résultat d'une absence totale de culture jardin ... Si seulement "ils" avaient pu lire ces 3 lignes du Dézallier d'Argenville :
"La proportion la plus ordinaire dés Allées doubles, est de donner la moitié de la largeur générale, à l'Allée du milieu , & de diviser l'autre moitié en deux pour les contre-allées, qui doivent se rapporter à la grande: par exemple, à une Allée de huit toises de large, l'on  donnera quatre toises à l'Allée du milieu, & deux toises à chaque contre-allée … 
Le parterre serait toujours ridicule certes,  mais aux allées  proportionnées ...

mardi 12 novembre 2013

La commedia è finita ...

Tout le monde a connu ou connaît des familles ayant à leur service depuis de nombreuses années un fidèle domestique. Il est de bon ton de l'appeler par son prénom. Lui, donne du Monsieur à son employeur, qui s'empresse de souligner ses qualités et combien il serait perdu sans ses compétences. Je pense que Louis XIV éprouve de la reconnaissance, de la considération pour le travail accompli par Le Nôtre, peut-être du respect, mais, de l'amitié, je ne suis pas convaincu. Aucune chronique ne relate une fête à Versailles donnée en l'honneur de Le Nôtre, ou même à laquelle il fut convié. Pas de trace non plus d'une soirée organisée par Le Nôtre où le roi se serait rendu. Il ne le visite pas dans sa retraite de Pontchartrain et n'honore pas ses obsèques de sa présence. Pas même une petite statue dans le parc de son grand « ami» auquel il est redevable de tant de merveilles.
Aujourd'hui, à Versailles, le climat n'a pas beaucoup changé. J'ai connu des patrons qui, au moment de leur départ, louaient notre collaboration avec des trémolos dans la voix, mais qui n'ont jamais invité "leur" jardinier à prendre un café. En 2011, un riche mécène avait commandé un "bosquet des États-Unis" composé d'arbres envoyés par chaque État fédéré. Une réussite. Que d'éloges reçus! Mais, le jour de la fête qu'on y donna, intitulée "De Louis (XIV) à Louis (Armstrong)", je n'étais pas invité.
(Alain Baraton, Si Versailles m'était planté, Hors série Télérama, 2013)
Véritable chaussure en plâtre de Le Nôtre - Reproduction American friends of Chantilly ...


Authentique pied (grec) de Le Nôtre en tong sur la plage de Calvi ... 
Amer Baraton ...  Pour jouer les jardiniers malheureux, il est imbattable ... Je l'aime bien Alain Baraton même quand il s'identifie à Le Nôtre  ... Bon !! ce n'est pas tout ... Avec l'exposition André Le Nôtre en perspectives. 1613 - 2013 qui se tient à Versailles,  L'Annus Horribilis Le Nôtre se termine enfin ...  Ouf!!! Pas trop tôt ... On retiendra de cette année de commémoration, en dehors de la cacophonie générale, non pas une création majeure mais deux destructions majeures : les parterres historiques de Sceaux et de Maintenon  ... Bref ! une très très mauvaise année pour les jardins ... et au moins deux jardiniers malheureux ...

lundi 11 novembre 2013

Pantagruel ...

Les aultres croissoyent en long du corps. Et de ceulx là sont venuz les Geans,
Et par eulx Pantagruel ;
Et le premier fut Chalbroth,
Qui engendra Sarabroth,
Qui engendra Faribroth,
Qui engendra Hurtaly, qui fut beau mangeur de souppes et regna au temps du deluge,
Qui engendra Nembroth,
Qui engendra Athlas, qui avecques ses espaulles garda le ciel de tumber,
Qui engendra Goliath,
Qui engendra Eryx, lequel fut inventeur du jeu des gobeletz,
Qui engendra Tite,
Qui engendra Eryon,
Qui engendra Polypheme,
Qui engendra Cace,
Qui engendra Etion, lequel premier eut la verolle pour n'avoir beu frayz en esté, comme tesmoigne Bartachim,
Qui engendra Encelade,
Qui engendra Cée,
Qui engendra Typhoe,
Qui engendra Aloe,
Qui engendra Othe,
Qui engendra Ægeon,
Qui engendra Briaré, qui avoit cent mains,
Qui engendra Porphirio,
Qui engendra Adamastor,
Qui engendra Antée,
Qui engendra Agatho,
Qui engendra Pore, contre lequel batailla Alexandre le Grand,
Qui engendra Aranthas,
Qui engendra Gabbara, qui premier inventa de boire d'autant,
Qui engendra Goliath de Secundille,
Qui engendra Offot, lequel eut terriblement beau nez à boyre au baril,
Qui engendra Artachées,
Qui engendra Oromedon,
Qui engendra Gemmagog, qui fut inventeur des souliers à poulaine,
Qui engendra Sisyphe,
Qui engendra les Titanes, dont nasquit Hercules,
Qui engendra Enay, qui fut très expert en matiere de oster les cerons des mains,
Qui engendra Fierabras, lequel fut vaincu par Olivier, pair de France, compaignon de Roland,
Qui engendra Morguan, lequel premier de ce monde joua aux dez avecques ses bezicles,
Qui engendra Fracassus, duquel a escript Merlin Coccaie,
Dont nasquit Ferragus,
Qui engendra Happe mousche, qui premier inventa de fumer les langues de beuf à la cheminée, car auparavant le monde les saloit comme on faict les jambons,
Qui engendra Bolivorax,
Qui engendra Longys,
Qui engendra Gayoffe, lequel avoit les couillons de peuple et le vit de cormier,
Qui engendra Maschefain,
Qui engendra Bruslefer,
Qui engendra Engolevent,
Qui engendra Galehault, lequel fut inventeur des flacons,
Qui engendra Mirelangault,
Qui engendra Galaffre,
Qui engendra Falourdin,
Qui engendra Roboastre,
Qui engendra Sortibrant de Conimbres,
Qui engendra Brushant de Mommiere,
Qui engendra Bruyer, lequel fut vaincu par Ogier le Dannoys, pair de France,
Qui engendra Mabrun,
Qui engendra Foutasnlon,
Qui engendra Hacqueebac,
Qui engendra Vitdegrain,
Qui engendra Grand gosier,
Qui engendra Gargantua,
Qui engendra le noble Pantagruel, mon maistre.
J'entens bien que, lysans ce passaige, vous faictez en vous mesmes un doubte bien raisonnable et demandez comment est il possible que ainsi soit, veu que au temps du deluge tout le monde perit, fors Noë et sept personnes avecques luy dedans l'Arche, au nombre desquelz n'est mis ledict Hurtaly ?

(François Rabelais, Pantagruel, 1532)

Photographie ©Nathaniel Baruch - Les acteurs musiciens chanteurs 


Les décors aquatiques et interstellaires d'Adeline Caron (après la pièce)
Je suis allé voir Pantagruel ... je me suis amusé comme un enfant découvrant le théâtre ... Je ne vais pas vous faire une critique d'acteur mais Olivier Martin-Salvan a une présence et une énergie ... gargantuesques (facile) ... Je voulais vous parler des décors d'Adeline Caron... on ne peut plus minimalistes au début certes,(ce qui n'est jamais pour me déplaire) mais la dernière partie de la pièce est carrément Magique ... La scène se transforme en un je ne sais quoi qui vous transporte dans un monde sous-marin d'une autre galaxie ... et ce, avec beaucoup plus de génie créatif que de moyen ... et quand on sait que Adeline Caron se passionne pour les jardins ...

Pub ...

pantagruel
texte François Rabelais
mise en scène Benjamin Lazar
du 7 au 30 novembre 2013

avec le comédien Olivier Martin-Salvan
et les musiciens Benjamin Bédouin et Miguel Henry

conception artistique et adaptation Benjamin Lazar et Olivier Martin-Salvan • collaboration à la mise en scène Amélie Enon • composition et direction musicale David Colosio • recherche dramaturgique Mathilde Hennegrave • scénographie Adeline Caron • assistée de Sylvie Bouguennec • lumières Pierre Peyronnet • costumesAdeline Caron et Julia Brochier • assistées de Margaux Sardin.

jeudi 7 novembre 2013

Calendrier du Bon Jardinier de 1947 : Novembre ...

Le Calendrier du Bon Jardinier de 1947 est signé Eugène Laumonnier et Maurice Marcel

En novembre, très peu de floraisons, si ce n'est celles des Chrysanthèmes, en cultures spécialisées des jardiniers. Après les quelques beaux jours de la première décade, « l'été de la St-Martin », nous assistons à l'acheminement plus ou moins rapide vers le repos hivernal. PFAFF, dans sa classification biologique des saisons, considère la chute des dernières feuilles du Peuplier noir, comme étant le signe de l'hiver biologique. 


Comme le type du Populus nigra Linné, n'est pas très répandu dans les jardins, on pourra s'adresser à sa forme pyramidale, plus connue sous la dénomination de Peuplier d'Italie (Populus nigra var. italica Du Roi).

Chimonanthus fragrans 

Vers la fin du mois on voit s'ouvrir les corolles odorantes du Chimonanthus fragrans Lindley. Profitons des quelques belles journées que nous offre souvent novembre, pour garantir nos provisions d'hiver et nos plantes de collections.

Potager.

TRAVAUX GÉNÉRAUX.
Buttage et couverture avec des feuilles ou de la litière du carré d'Artichauts. Ensilage ou rentrée en cave des Carottes, Betteraves, Navets, Panais, Radis noirs, etc. Enjaugeage des Choux pommés et des Choux Milan et les garantir contre les fortes gelées.
Transports de fumiers, engrais et labours des carrés vacants. Préparation de fumier pour la culture du Champignon.

Le potager et la serre de collection du domaine royal de Randan

SEMIS EN PLEINE TERRE
En terre légère et abritée semis de Pois Michaux de Ste-Catherine, Prince Albert, Express à longue cosse.

SEMIS SUR COUCHE.
Première saison à la fin du mois de Carottes et Radis à forcer. Plantation sur couche de Laitues et Romaines. Les soins d'entretien nécessitent une surveillance de tous les instants (couverture, réchauds, aération, etc.).

Forçage.

Préparation du sol des serres et bâches pour les plantations nouvelles et les remplacements. Pose de coffres et de châssis sur les pots de Fraisiers pour culture forcée et sur les planches de culture hâtée. Effeuillage des Pêchers et des Vignes. Fumure des serres et bâches au fumier de vache bien décomposé. Labours à la fourche des serres de 1ère saison et pose des panneaux.
Plantation des œilletons d'Ananas sur la couche d'hivernage. Chauffer les serres à Vignes retardées pour obtenir une bonne maturité et une conservation parfaite des cépages de 4e époque. Récolte des Fraises de culture retardée. Plantation en serre à forcer d'une saison de Concombre. A la fin du mois mise en place dans les bâches chauffées de la première saison de Melons; le plant provenant des boutures du mois dernier. Forçage de la 2e saison d'Asperges vertes et blanches.
Semis en pots de la deuxième saison de Haricots verts. Semis en bâches chauffées d'une saison de Carottes à forcer. En cave continuation du forçage de la Barbe de Capucin et de la Witloof. Préparation, mise en chaîne, désinfection et couverture des terres et terreaux pour les cultures sous verre. Ramassage en forêts de feuilles mortes et mise en tas à l'abri de la pluie et de la neige. A la Toussaint, vidange et nettoyage des chauffages et thermosiphons des serres et bâches de culture forcée.

Fruitier et verger.

Activer la plantation des arbres fruitiers avant l'arrivée des grands froids. Réparation et nettoyage des drainages, ponceaux, fossés, aqueducs et regards.
Tuteurage des jeunes arbres. Continuation de la taille des arbres fruitiers (Pêchers et Vignes exceptés). Couchage et empaillage des Figuiers. Surveillance attentive des fruits au fruitier et dans les chambres froides. Au fruitier maintenir une température voisine de + 41 C. et un état hygrométrique oscillant entre 80 à 900. Dans la chambre à raisin, ciselage des grappes avec beaucoup de soins, remplissage des bouteilles à l'eau de pluie. Après chaque série d'opération brûler un peu de soufre pour combattre les moisissures. Surveiller le raisin conservé sur treille, doubler les toiles avec des paillassons.

Pépinières.

Continuation des arrachages et des enjaugeages. Arrachage et mise en jauge des jeunes plants de: Cerisier Ste-Lucie, Prunier St-Julien, Poiriers et Pommiers francs. Arrachage des marcottes de Figuiers et empaillage des pieds mères. Continuation de la récolte de l'Osier, des tuteurs et des baguettes. Par les mauvais temps nettoyage et mise en stratification de graines, confection de paillassons, claies, bards, échalas, etc. Triage et épluchage de l'Osier gros et fin. Réparation du matériel.
Culture de haricots sur échalas à Mount Vernon

Jardin d'agrément.

 TRATAUX DE PLEINE TERRE.

 Les travaux d'octobre se poursuivent, les feuilles sont ramassées progressivement afin de tenir le jardin en état de propreté. La plantation des massifs à floraison printanière doit être terminée pour le 15 novembre, surtout pour celle d'oignons à fleurs.
Les plantes délicates : Eulalia, Gunnera, Gynerium, Tritoma, etc... sont protégées par des feuilles. Procéder à la taille des arbustes fleurissant sur le bois de l'année, avant de procéder au nettoyage des massifs.
Les labours, défoncements, plantations d'arbres et d'arbustes à feuilles caduques, de Rosiers se poursuivent s'il ne gèle pas.

SERRES, SACHES ET ORANGERIE.
 Le reclassement des plantes est terminé dans les serres, voici les directives 'à leur appliquer pour les entretenir en bonne santé :
1) les arroser avec discernement; 2) maintenir une température convenable; 3) aérer chaque fois que le temps le permet; 4) veiller à l'hygiène pour éviter insectes et maladies; éplucher les .plantes ayant des feuilles jaunies, elles sont souvent la cause d'infections. Recouvrir une planche de Violettes à grosses fleurs de coffres et châssis, y ajouter des accots de feuilles de même qu'aux autres cultures sous châssis. Par saisons successives rentrer en serre les pots d'oignons à fleurs ainsi que les arbustes à forcer : Azalées, Boule de neige, Deutzia, Genista, Hoteia, Lilas, Rhododendrons, Rosiers, etc... Calcéolaires, Cinéraires, Primula obconica, reçoivent leur dernier rempotage. Un semis de Cyclamen de Perse peut être fait vers le 15 novembre, ceux semés en juillet sont rentrés en serre. Semer des Pois de senteur sous châssis froid pour les forcer en serre à partir de janvier. Les Chrysanthèmes défleuris, sont rabattus à 10 cm. et rentrés sous châssis froids; de gros drageons peuvent être éclatés pour la culture en gros exemplaires. Le Muguet à grosses fleurs destiné à fleurir à Noël est sorti du frigorifique et immédiatement mis au forçage.
L'orangerie et les serres demi-enterrées du domaine royal de Randan

lundi 4 novembre 2013

Une vie de jardinier ...

Mon père est né le 23 décembre 1928 dans le 13e arrondissement de Paris ...
Il était :
1) très fier d'être parisien, 
2) encore plus fier d'être du 13e ...

Mon père est originaire par son grand-père de Méréville (ce qui ne s'invente pas pour un futur jardinier)
Sa mère est née à Saint-Chély-d'Aubrac (ce qui ne s'invente pas non plus) ...


En 1943, il est au lycée Hoche et habite Versailles, il débutera à 15 ans sa carrière de jardinier au domaine national de Versailles et plus précisément aux deux Trianons comme on disait à l'époque ...


A Kaiserslauten en 1948, il fait partie des troupes d'occupation en Allemagne ... (uniforme US ?) Mauvais souvenir... il détestera d'ailleurs toute sa vie l'uniforme et deviendra un antimilitariste quasi pathologique ...



A Trianon en 1951, la seule photo de mon père en jardinier... enfin ! en bleu de travail ... (ici avec le tablier) Je crois qu'il est à cette époque chef de la Petite Pépinière, il sera toujours imbattable en reconnaissance des végétaux et ce jusqu'à la fin de sa vie ... ce qui, entre nous, avait le don de m'énerver ...


A la même époque avec sa BSA A7 500cc monocylindre modèle 1948 (ma photo préférée)


le 1er juin 1951, il épouse une corse ... ma mère ...


Ils auront deux fils ... ici avec mon frère dans le parc de Trianon ...



Devant l'Arc de Triomphe du Carrousel ... en 1959, il est nommé adjoint du jardinier en chef des Domaines Nationaux du Louvre et des Tuileries, du domaine national du Palais Royal, des Palais Nationaux et des Services Rattachés (Ces Palais Nationaux et Services Rattachés comprenaient à l'époque les ministères dont le Palais de l'Elysée et l'Hôtel de Matignon) en 1969, Il sera nommé jardinier en chef   ...



On lui doit, entre autres, la replantation du Palais Royal (1975)... difficile à faire admettre ...

Jean-Claude GAUTRAND, Les jardins du Palais Royal, Paris Mon Amour
La replantation d'une partie des Tuileries suite à l'épidémie de Graphiose et notamment la Terrasse du bord de l'eau ... (il décide de garder les ormes sains, je préciserai également que les tilleuls étaient destinés à être en port libre ...)



on lui doit la broderie de l'Elysée (1975)...





A l'Elysée en 1974 avec Valéry Giscard d'Estaing (et Jugurtha) surveillant l'installation des orangers dans la cour d'honneur ...



et en 1978 ...


En 1978 dans les jardins des Tuileries avec le ministre de la culture Jean-Philippe Lecat et Jean-Claude Daufresne, architecte des Bâtiments civils et des palais nationaux pour je ne sais quel énième projet ...



A Matignon en 1982décoré par Pierre Mauroy ...


A partir de 1991, après 48 années passées dans les jardins et domaines nationaux il ne jardinera plus guère sauf de temps en temps comme ici avec mon oncle en Corse dans le potager de mon grand père ...


Sa signature ... elle m'a toujours intrigué ...