mardi 17 janvier 2012

La lutte du Vide contre le Plein à Champs-sur-Marne...

Une des principales raisons pour laquelle ces gens-là n'ont pas l'intelligence nécessaire pour composer un beau dessein, c'est que cette connoissance dépend de plusieurs autres. Il faut être un peu Géométre, sçavoir l'Architecture, et la bien dessiner, entendre l'ornement, connoître la propriété et l'effet de tous les plans dont on se sert dans les beaux Jardins, inventer facilement, et y joindre une intelligence et un bon goût, qu'il faut s'être formé par la vûe des belles choses, par la critique des mauvaises, et par une pratique consommée dans l'Art du Jardinage.
(Antoine-Joseph Dézalier d’Argenville, La théorie et la pratique du jardinage, 1709)




Mais que s’est-il passé au domaine national de Champs-sur Marne entre 1933 et 1987 ? Il semblerait, en regardant les photographies aériennes de l’IGN, que les jardiniers du domaine aient soigneusement évité la prairie du Tilleul. Mais pourquoi ? Difficulté de gestion ? une fauche annuelle suffisait... Plus assez de jardinier ? Je ne pense pas, le reste du jardin semble continuer sa vie de jardin… les alignements, la broderie, le  jardin régulier et ses abords sont très entretenus... Il est également curieux que ce type d’histoire se répète dans beaucoup de jardins paysagers. Cette période a ignoré les jardins paysagers, ignoré l’importance du couvert et du découvert, du vide et du plein. Alors, on peut se demander si ce n'est pas tout simplement l'ignorance qui a transformé la prairie en bois …

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire