lundi 23 janvier 2012

L'homme-jardinier ...

Si l'homme-jardinier s'était développé, depuis le début du monde, par sélection naturelle, il se serait évidemment transformé en invertébré. Pourquoi diable a-t-il des reins? Il semble que ce soit uniquement pour que, de temps en temps, il se redresse en disant. « J'ai mal aux reins. » Pour ce qui est des jambes, on peut leur donner toutes sortes de positions; on peut s’accroupir, s’agenouiller, s’asseoir à la turque, ou même prendre ses jambes à son cou. Les doigts, eux, sont de bonnes chevilles pour faire les trous, les paumes brisent les mottes ou bien étendent la terre et la tête sert pour accrocher la pipe; seul le dos reste un élément insoumis que le jardinier cherche vainement à courber. Le ver de terre n'a pas de reins, lui. Le jardinier est ordinairement terminé, vers le haut, par son derrière; il a les mains et les jambes écartées et la tête quelque part entre les genoux ...
(Karel Čapek, L’année du jardinier, 1929).




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire