mardi 24 janvier 2012

L'outil ...

Comment sentira-t-il les mélanges de la lumière et des ombres, les divers accidents des saisons, les effets de l’air, ceux des distances, les points de vue éloignés qui, pour être hors du temps, n’en font pas moins partie de l’ensemble ? 
Jean-Marie Morel, Théorie des jardins, 1776

Rien ne vaut l’analyse du terrain pour comprendre un jardin, qu’il soit contemporain ou ancien. J’ajouterai, que le terrain en dit même toujours assez, que ce soit pour la gestion ou pour le projet … Mais bon ! Le besoin d’en savoir plus, de confirmer la première analyse est très fort …

Pour en savoir plus, il existe des outils. Mon préféré est sans hésitation aucune : La photographie aérienne. Elle nous raconte l’histoire du 20e siècle, mais aussi celle du 19e voire du 18e…  Elles nous montrent des éléments que l’on ne peut voir à hauteur d’homme … Il est vrai que parfois il n'y a pas grand chose et une photographie aérienne muette provoque toujours une grande déception…

Les photographies aériennes réalisées avant le remembrement gardent en mémoire le territoire, l’organisation, les usages, l’économie des siècles précédents. Ici à Réveillon, la photographie IGN de 1933, nous dévoile une ancienne allée impressionnante, maintenant disparue, plantée par le nommé Jean Galland en  1663. Le parcellaire agricole s’est organisé autour et à l’intérieur de cette axe préservant le dessin initial de l’allée qu’on appelait "Allée de Retourneloup".
Je rectifie donc, la photographie aérienne nous raconte l’histoire du 20e siècle, mais aussi celle du 19e,  du 18e  voire celle du 17e .
Pas mal, non ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire