jeudi 7 juin 2012

L'art de la coupe ...

Pour bien entretenir ces palissades, on ne les doit pas laisser monter si haut, de crainte qu'elles ne se dégarnissent. Il les faut tondre et les serrer de près avec le croissant, par le moyen de grandes échelles doubles et chariots roulans, tant par le dessus que par les deux côtés, et toujours le plus court et le plus serré qu'il se pourra. il n'y a rien de plus vilain que de voir une palissade trop épaisse, ce qui la ruine en peu de teins. Dans les Jardins bien soignés on tond les palissades deux fois l'année, en Juin et au commencement de Septembre, après la pousse de chaque sève, mais ordinairement on ne les tond qu'une fois, et cela dans le mois de Juillet entre les deux sèves.
(Antoine Joseph Dezallier d’Argenville. La Théorie et la pratique du jardinage,1709)
Publicité pour une entreprise spécialisée dans la tonte architecturée
Le geste magnifique de Gilles Lebobe
Deux sortes de jardiniers ... ceux qui rêvaient d'être capitaine de Tank et ceux qui pratiquent un art ... cette publicité provoque chez moi à la fois l'hilarité et la colère ... Mais qu'est-ce que c'est que cette bouffonnerie ? Ils n'ont pas trouvé plus gros pour tondre leur petite banquette? La colère, parce que cette machine a eu la peau du plus beau geste de jardinier : la taille au croissant... La taille au croissant, c'est l'art de la coupe ... Ici, mon ami Gilles Lebobe taille un if. Le geste est tellement compliqué que je n’arriverai pas à vous l’expliquer … en tout cas, le résultat est qu’une fois coupé, la plaie de la branche est tournée vers l'intérieur et donc invisible ... et oui ! Ce n'est pas esthétique toutes ces plaies blanches ... Gilles Lebobe est un grand maître de l'art de la coupe dont le geste rivalise aisément avec celui des maîtres japonais de Iaïdo. Vous me croirez si vous voulez, mais un jour, lors d’une crue de la Marne à Champs, je l’ai vu trancher au croissant un brochet qui s’était aventuré un peu trop près ... un sacré personnage... Autre chose, avez vous remarqué la dernière phrase de Dezallier d'Argenville "ordinairement on ne les tond qu'une fois" et oui! une tonte pour conserver la forme ... la deuxième n'est que de la propreté ... 
En attendant, notre pauvre capitaine de Tank, pour qui j'ai tout de même beaucoup de sympathie, crève de chaud et se bousille les tympans ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire