jeudi 24 octobre 2013

Frederick Law Olmsted et Central Park ...


-Rien ne constitue un aussi grand gaspillage que le travail précipité, réalisé sans référence au dessin global. Ne rien entreprendre qui ne soit requis au plan. Plutôt payer les employés à ne rien faire qu'à faire des choses non spécifiées. Dans le présent contexte, contrairement à des ouvrages d'architecture et d'ingénierie, le mauvais travail détruit pour toujours l'opportunité de bien faire. (6 Janvier 1876 )
-Avec une gestion valable, après un an ou deux, la réelle valeur des améliorations commencera à se développer, puis, par la suite, augmentera de plus en plus rapidement pour une période d'au moins 50 ans. L'argent ainsi investi sera bien dépensé alors que l'argent mis pour la gratification immédiate du public est, presque à coup sur, de l'argent gaspillé. (28 septembre 1876)

(Frederick Law Olmsted, Lettre à H. A. Nelson à propos du Mont-Royal de Montréal ,  1876)



 Enfants à Central Park
Cours de jardinage à Central Park

Au pays de Toro et de Rain Bird un arrosage manuel au sprinkler à Central Park


Frederick Law Olmsted en 1857
Mais pourquoi je ne suis pas Frederick Law Olmsted ???  ... Il a tout pour me plaire ...(vous trouverez bien une biblio quelque part)  Savoir qu'il rédige un rapport anti-esclavagiste en 1852 et voir ces enfants noirs regarder son oeuvre est bien agréable et émouvant ... Il est (entre milles autres choses) le créateur de Central Park ... j'y suis retourné cet été... C'est beau, vivant et intelligent ... la gestion aussi ... En parcourant Central Parc je me suis demandé si les jardiniers  n'étaient pas les seuls au monde à avoir compris ce que voulait dire "gestion durable" ... Si le maire de New York veut m'embaucher, pas de problème ...  je suis son homme ... 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire