jeudi 24 décembre 2015

Deux ou trois choses que je sais d'elle ... Ep. 8 : Jalousie ...

Mais pendant que tous les parcs d'Angleterre sont ainsi en travail et en révolution, que devient la France? Elle reste impassible et stationnaire. En vain les traditions de Le Nôtre vont-elles s'altérant chaque jour ; eu vain le style régulier est-il devenu mesquin, maniéré, ridicule, Le Nôtre est toujours révéré ; son ombre tient toujours le sceptre des jardins. C'était alors parmi nous le temps des longs règnes. Voyez la musique de Lulli ; elle entre dans sa soixante et dixième année, et, comme à sa naissance, elle est pourvue d'adorateurs. Voyez les autres arts, c'est la même longévité. Ou dirait que la légèreté française s'est amendée en leur faveur. Mais le miracle va cesser : voici la philosophie qui s'avance d'un pas inquiet et turbulent ; elle parle à demi-voix de nature et de liberté, ce qui ne présage rien de bon pour les charmilles et les allées droites.
 (Ludovic Vitet, De la théorie des jardins,1828)
Pour laisser passer le regard vers le jardin paysager, les Duchêne ouvrent quatre fenêtres dans les alignements
Domaine de Champs à Monsieur Cahen d'Anvers
Projet de reconstitution du Parc à la française - Henri Duchêne - 1895
(Médiathèque du patrimoine)
Carte postale (Avant 1923) La vue vers la fenêtre Est (parterre de Diane et 1 sur plan)
IGN 1919 : La composition y est toujours visible (1 sur plan)
Vue actuelle vers le château  (3 sur plan)
Carte postale 1902 -Le parterre d'Apollon,  rien n'est encore altéré.
Remarquez la fenêtre entre les Tilleuls a et b et les ifs c et d (2 sur plan)


Etat Duchêne de l'axe central, on perçoit les fenêtres (flèches rouges et 4 sur plan) ... Vous remarquerez aussi que l'axe régulier se perd dans le paysager
( Cl. Orphelin apprentis et Achille Duchêne Le style Duchêne 1998)
C'est un geste gonflé, c'est un système d'articulations entre un ancien et un nouveau jardin hors du commun, Bref! c'est un geste génial, pas de doute là-dessus ... Les Duchêne osent déstructurer des alignements, summum de l'art des jardins réguliers, pour laisser passer le regard vers le jardin paysager ... Ce n'est pas un geste au hasard ... C'est un geste répété trois fois et complètement assumé par cette ouverture dans l'axe (4) ... Toute cette reconstitution ne serait-elle qu'une avant-scène annonçant le vrai jardin ? le paysage ? Est-ce un parcours initiatique allant du peigné vers le sauvage, de l'artifice vers le naturel ? Cela expliquerait peut-être bien mieux le respect de l'ancien modelé plutôt que cette histoire de vue du 1er étage qui n'a, à mon sens, aucun intérêt ...
Techniquement c'est assez simple, pas besoin d'explication, il me semble que les images parlent d'elles-mêmes ...Mais attention !!! Geste génial oui ! mais geste de paysagiste ... pas d'artiste ... Attendez ce qui suit, vous comprendrez ce que je veux dire ...

à suivre donc ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire