lundi 28 janvier 2013

Le Baiser de Rodin ...

L'amour qui si vite s'empare d'un cœur tendre, éprit celui-ci du beau corps qui m'a été enlevé ; souvenir qui m'est encore pénible. L'amour qui ne permet point à l'aimé de ne pas aimer, m'éprit pour celui-ci d'une passion si forte que maintenant même, comme tu le vois, elle ne m'abandonne point. L'amour nous conduisit à une même mort
(Dante, La Divine Comédie, 1307)

Le Baiser de Rodin à Matignon
Le même Baiser de Rodin aux Tuileries
Il arrive régulièrement que l'on demande au jardinier s'il a une plante préférée dans son jardin ... un arbre ? un rosier ? etc ... Quand j'étais à Matignon j'avais un préféré ...il était en bronze ...  "Le Baiser" ... de Rodin .... installé bien tardivement cette sculpture de Rodin s'était largement imposée dans le parc ... J'avais un plaisir égoïste à être pour ainsi dire le seul à en profiter, pouvoir le toucher, le nettoyer, le caresser, ... Mais un jour "ils" l'ont emmené... 
Le Premier Ministre a donné son accord de principe au transfert au Jardin des Tuileries du bronze " Le Baiser " de Rodin déposé depuis 1980 dans le parc de l’Hôtel Matignon, afin que le grand public puisse profiter de cette oeuvre majeure du plus célèbre sculpteur français. Cette oeuvre provenant des MNR (Musées Nationaux Récupérations : œuvres récupérées en Allemagne après la seconde guerre mondiale), son installation aux Tuileries pourrait, en outre, permettre plus  facilement à ses éventuels propriétaires de la retrouver et de se faire reconnaître leurs droits légitimes, dans le cas où elle aurait été l’objet d’une spoliation.
(Communiqué du ministère de la culture et de la communicationMise en place de sculptures du 20 e siècle  dans le Jardin des Tuileries, 1998 )

La cause était juste ... c'est évident .... et c'est évident qu'il est bien mieux aux Tuileries, visible par tous ...  Mais à Matignon ce "Baiser" avait quelque chose de mystérieux, de désespéré, de terrifiant tellement passionné ... Aux Tuileries, redevenant une pièce de musée, isolé au milieu de ce courant d'air, le Baiser me parait moins ... Dantesque ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire