vendredi 3 février 2012

Mais que faire d'un paysage moderne ? ...


Dans un paysage, l'unité des parties, leur forme, vaut moins que leur débordement ; il n'y pas de contours francs, chaque surface tremble et s'organise de telle manière qu'elle ouvre essentiellement sur le dehors.
(Michel Courajoud,  le paysage c'est l'endroit ou le ciel et la terre se touchent, in François Dagonet, Mort du paysage, Philosophie et esthétique du paysage, 1982)



La vue sur le paysage est indissociable du jardin … Ce rapport avec l'extérieur n'implique pas  une vue sur un beau paysage … une orientation vers le nouveau, vers la modernité est courante et plusieurs exemples au cours des siècles le confirment …
A la Malmaison, c'est une vue vers l’Aqueduc de Marly qui est encore à la fin du 18e siècle considéré somme toute plus comme exploit technique qu'une belle et grande architecture … A Varades, le propriétaire,  François Briau, créé une vue ( et une route) vers la gare, vers la voie ferrée … il fait entrer la modernité dans son jardin. Idem à la Villa Stern à Saint-Cloud avec ce cadrage magnifique de Jean Claude Nicolas Forestier sur la Tour Eiffel, symbole de modernité en ce début de 20e siècle. Et que dire de Bernard Tschumi qui ouvre le parc de la Villette sur le boulevard périphérique et fait entrer la ville dans le jardin...
Que faire quand le paysage n'évolue pas exactement comme on le souhaiterait ? Doit-on fermer le jardin ? Une éolienne, une autoroute, une voie TGV dans le lointain pose-t-elle un problème visuel, d'échelle ou culturel ? ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire