dimanche 17 mars 2019

Quiet desparation ...

Hanging on in quiet desparation is the English way
(Roger Waters, Time, The Dark Side of the Moon, 1973)

Parterres en pièces de gazon découpés et buis - Torre Alfina - Achille Duchêne 1906

Avec les deux derniers colloques sur les pathologies du buis (Tours en novembre) et celui d'Orléans le 14 mars 2019 organisé par mon amie Michèle Quentin (Association des Parcs et Jardins de la Région Centre) il est temps de s’installer dans un désespoir tranquille ... les compositions de buis vont petit à petit disparaitre des jardins ...
Les chercheurs sont en train d'échouer à trouver une solution rapide ... seule cette solution rapide pouvait sauver les compositions de buis... Depuis le début de cette histoire, les craintes venaient des champignons... la Pyrale représentait un danger pour les buis sauvages, mais le fameux " BT" (Bacillus thuringiensis), les pièges à phéromone, les trichogrammes devaient sauver le buis des jardins ... On a sous-estimé la Pyrale, on l'a prise pour une conne ... elle est apparue sous son vrai jour, cette bestiole est un cauchemar ... elle va sournoisement tout bouffer, non pas tout, d'après Jimmy Garnier et Léo Ledru, tous deux brillants mathématiciens, la pyrale garde un peu de buis pour pouvoir survivre... (je vous le disais, un cauchemar) ... S'ajoute à cela un ras le bol, une démission des gestionnaires dans ce combat qui semble inégal ... bref !!! les parterres de buis vont disparaitre ... Nous assistons dans un désespoir tranquille à la disparition d’une esthétique, non pas du XVIIe siècle mais du XXe siècle...

En 2015 j'écrivais "Penser que le jardin est foutu à cause de quelques buis malades c'est ignorer ce qui en fait la beauté, c'est réduire le jardin à des détails ... Bien sûr c'est traumatisant, on perd quelque chose, on pleure et il faut du courage, de la patience ... Il ne faut pas céder à l'appauvrissement en abandonnant ces parterres, il faut se rappeler que le parterre est une écriture du moment. Alors, il faut redessiner, recomposer réinventer ces parterres, [...] Avec de la chance (qui généralement sourit aux audacieux) et du génie nous en profiterons pour réduire les coûts de gestion et nous soulagerons nos vieilles colonnes vertébrales ... Mais surtout, nous réveillerons et nous sublimerons enfin nos parterres endormis. " Lien

C'est ce que fait le propriétaire de Vaux-le-Vicomte ... et je l'en remercie de me donner (malheureusement) raison ... J'étais présent quand Vaux avait invité le contrôle scientifique et technique du ministère pour demander l'autorisation d'arracher les buis des deux parterres ... Une situation incroyable où l'ensemble des gens, dont moi, ne trouvait rien à redire et se condamnait à dire "oui" ... en rentrant le soir je repensais à cette réunion hallucinante et doutais du bien fondé de ma réponse ... et si la science ... et si par miracle... et si ça se stabilise ... bref !! comme pourrait le dire Roger Waters "Hanging on in quiet desparation is the "gardener" way"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire