lundi 26 mars 2012

Arroser son jardin ...

On pourrait s’imaginer qu’il n’y a rien de plus simple que d’arroser un jardin, surtout quand on possède une lance d’arrosage. Mais on ne tarde pas à s’apercevoir que la lance d’arrosage est un être tout particulièrement astucieux et dangereux, aussi longtemps qu’elle n’est pas parfaitement apprivoisée : elle se tord, fait des cabrioles, se détend soudain, répand sous elle une grande quantité d’eau pour s’enfoncer aussi voluptueusement dans le marécage qu’elle a ainsi créé ; ensuite elle se jette sur l’individu qui se propose d’arroser et s’enroule autour des jambes : il faut alors qu’il pose le pied dessus ; mais elle se dresse et lui entoure la taille et le cou. Tandis qu’il lutte avec elle comme avec un python, le monstre tourne son bec de cuivre vers le ciel et dégorge un violent jet d’eau dans les fenêtres, sur les rideaux tout frais posés. Il est nécessaire alors de la prendre par la tête et de la tendre le plus possible : l’hydre devient folle de douleur et se met à cracher non pas par la gueule, mais par l’autre bout et quelque part au milieu du corps.
La première fois, trois hommes sont indispensables pour la domestiquer tant soit peu …

(Karel Čapek, L’année du jardinier, 1929)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire