lundi 23 septembre 2013

Cinéma Cinéma ...

Il s’agit d’imitation, un peu. J’adore ça, et me déplacer dans les registres d’une voix, composer, devenir totalement quelqu’un d’autre. Mais j’ai surtout cherché un centre de ­gravité sur lequel je pourrais me sentir à l’aise et qui me donnerait ce sentiment d’autorité que je n’éprouve pas forcément dans la vie. J’ai cru le trouver dans la voix et dans le regard ­volontaire, chose que je serais incapable de refaire aujourd’hui sur commande.
(Denis Podalydès, Paris Match, à propos de La Conquête, 2011)
Yves Saint-Laurent, Che Guevara, Général Custer 
John Ford, John Ford et John Ford répondait Orson Welles à la question d'un journaliste qui lui demandait de citer les plus grands maîtres du cinéma ... Ce n'est pas un hasard si John Ford n'est pas tombé dans le traquenard actuel ... Faire un film historique où le seul intérêt semble être la ressemblance à l'extrême avec le personnage de la réalité ... Je vous donne ici deux films avec deux sosies "troublant de ressemblance" comme on peut lire partout ... Yves Saint Laurent et Che Guevara …Si vous voulez mon avis ... cette "troublante ressemblance" n'apporte rien ... Je pense même qu'elle trahit l'histoire, le film... Le cinéma devient "docu-fiction", … Il est vrai qu'on peut se demander : Mais comment faire autrement ? ... De Gaulle doit ressembler à De Gaulle, Lady Di à Lady Di et Napoléon doit être petit et brun et ne pas ressembler à l'amiral Nelson ...


Confrontation iconographique 


John Ford, Fort Apache, 1948 
Pourtant, dans Fort Apache, pour raconter à sa manière la bataille de la Little Bighorn, grande tragédie de l'histoire américaine avec le Général Custer, à la fois héros et pathétique personnage de l'histoire américaine, John Ford raconte une autre histoire .. Henri Fonda est le lieutenant-colonel Owen Thursday ... Le lieutenant-colonel Owen Thursday est Custer... Les Sioux sont des Apaches, Sitting Bull et Crasy Horse sont Cochise et Geronimo ... Les plaines du Dakota sont devenues Monument Valley ... Bref ! John Ford raconte une histoire, il fait du cinéma et bien évidemment avec force ... Rien de bien nouveau me direz-vous .. Certes!! ... Que cela vous plaise ou non, je vais rapprocher tout ça avec le jardin ... Comment faire la différence entre un jardin pastiche de la catégorie "Sosie" et un jardin ... un vrai ... que l'on pourrait appeler désormais " jardin Fordien®" . Repérer un jardin de type "sosie" est un bon exercice et pas facile du tout ... parce qu'il n'est pas toujours très évident de déterminer si l'on est confronté à une grande oeuvre ou à une merde en série ... 

En attendant, deux exemples de jardins probablement copiés dans La Théorie et la pratique du jardinage de Dézallier D'Argenville et retravaillés sans grand génie ... On choisi comme dans un catalogue  ... on pioche selon les goûts, le résultat est magnifique puisque ça ressemble ...  Mais ne les condamnons pas trop vite ... quand j'en repère un, je le regarde avec une tendresse particulière, un peu comme on regarde un chien bâtard qui ne ressemble à rien ... on se dit "Mon pauvre vieux, tu n'as pas eu de bol ..."

Quant aux " jardins Fordiens®" promenez-vous dans ce blog, il y en a plein ... 


 Antoine Joseph Dezallier d’Argenville. La Théorie et la pratique du jardinage,1709 -  
Exemples de deux jardins de bon goût 


A Gauche, projet de parterre de l'Hôtel Héron, Moulins (Allier). A droite le premier jardin de l'Hôtel de Matignon à Paris ... c'est un peu comme un jeu des 7 erreurs mais à l'envers

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire