lundi 6 août 2012

Vacances ... Visite ... Suisse


COMPOSITION D'ESPRIT POSITIF
La disposition d'un Jardin d'utilité sont les bases d'un aménagement dans la formule allemande moderne par M. Schubiger, à Uznach, Suisse.
(M. Ammann, arch.)

Regardez le plan du Jardin que M. Ammann, Directeur des Services d'architecture de Jardins de MM. Frorbel, a étudié pour M. Schubiger, à Uznach, dans l'esprit de l'école allemande moderne, et vous constaterez une différence notable avec la concept en française du Jardin régulier.


Ici pas de recherche d'une ordonnance d'ensemble, d'équilibre absolu et de correspondance, mais une appropriation des différentes parties à toutes fins utiles, parfaitement comprise pour le but auquel elles sont destinées.
Cette manière substitue au principe de la composition, d'après des axes ou des centres, des dispositions qui se raccordent mais qui ne sont pas forcément sous la dépendance directe les unes des autres, encore que, dans ce plan, une ou deux longues allées semblent constituer un lien. Elle n'est pas sans intérêt cependant, car le souci du détail y est évident et l'exécution en est très poussée. D'autre part, le côté pratique, utilitaire même, s'en dégage comme une dominante, ce qui, sans rapprocher cette manière de la formule anglaise du Jardin de Cottage, l'éloigne considérablement de l'esprit des Jardins réguliers classiques français, où la parure domine. Les arrangements du Potager, du Verger, comptent autant que ceux des parties de plaisance, exemptes de banalité ; le jeu des terrasses, avec leurs talus, leurs 4-K irs bas et leurs emmarchements, est plein a imprévu.

L'ensemble de la propriété s'inscrit dans le périmètre d'un trapèze diagonalement orienté du Nord au Sud, et dont au Nord-Est s'allonge un coteau planté de Sapins, tandis que le terrain s'incline vers le Sud-ouest. La Villa est bâtie dans la partie la plus élevée au Nord; elle est ainsi abritée par le coteau et sa plantation de Sapins. Sa façade principale regarde le Sud-Est, devant laquelle s'échelonnent : un petit Parterre, formant une première plate-forme, un grand tapis de gazon en contre-bas formant une seconde plate-forme, au bout duquel s'allonge le Potager sur une troisième plate-forme. Devant l'autre façade regardant le Nord-Ouest sont situés des serres et des châssis sur une terrasse parfaitement abritée. Les autres dispositions du Jardin se succèdent du Nord-Ouest au Sud-Est. C'est, d'abord, à gauche de l'allée d'arrivée, un grand tapis de gazon avec, en contrebas, dans son prolongement, un Verger; et, près de la limite Sud, une allée desservant le Potager et ses dépendances. A gauche, un tapis de gazon forme un rappel à celui de droite, tandis qu'au second plan s'échelonnent, à peu pres parallèlement à la direction de l'allée qui gravit la pente en plan incliné, les compartimentations d'un Jardin de fleurs, d'une Roseraie et de Plates-bandes — ces dernières s'allongeant à la base d'une Pergola.

M. Ammann n'a cependant pas fait fi des principes d'agencement si logiques d'autrefois. C'est ainsi que l'arrivée et les abords de l'allée d'accès sont traités très sobrement jusqu'au terre-plein de la Demeure. Les dispositions décoratives étant situées à distance, si on les perçoit, on ne peut guère les contempler, les détailler. On n'en a sans doute pas la révélation complète au cours de la promenade ultérieure, mais au moins on a le plaisir de découvrir les particularités. Voici comment furent successivement établis les différents agencements de ce Jardin, exécuté sur deux années, et dont le point de départ fut un aménagement nettement utilitaire. Désirant agrandir son Jardin, qui comportait déjà deux dispositions de Parterres, qu'encadraient une vieille palissade d'Ifs et une tonnelle devant sa façade d'arrivée, le propriétaire en étendit les limites au Sud, afin d'y installer un Verger, un Jardin potager et de compléter celui-ci par un emplacement pour les composts et un pavillon destiné au rangement du matériel de jardinage.


La différence de niveau donna l'idée à M. Ammann d'établir un mur de soutènement entre le Potager et le Verger, qui mettait ainsi le premier en terrasse sur le second. Ce mur en façade, regardant le Sud-Ouest, était parfait pour établir des espaliers. Il couronna l'allée supérieure en bordure de ce mur d'une tonnelle fermée le long du verger et ouverte sur le côté qui regarde le Jardin potager. Cette tonnelle, qui se relie au départ par un pavillon de treillage à celle devant la façade de la maison, a comme aboutissement de plain-pied le premier étage du pavillon, nécessaire pour le rangement du matériel. Ce premier étage forme un pavillon d'Été, tandis que le dessous, encastré dans le mur de soutènement, s'ouvrant sur le Verger, constitue la remise à outils. L'emplacement pour les composts fut situé à l'angle Est. Ainsi le Parterre, qui avait déjà pour fond une Tonnelle, reste visuellement séparé du Potager que la Tonnelle masque de la maison, tandis que la nouvelle Tonnelle sépare le Potager du Verger.
Le Pavillon, ainsi situé en terrasse sur le Verger, constituait un emplacement d'où la vue pouvait découvrir ces deux Jardins utiles de légumes et de fruits, ce qui a motivé une cour amusante et dallée, avec sa fontaine, dont une haie de Lilas empêcha la vue de l'emplacement des composts. Afin que ces deux Jardins n'aient point une apparence exclusivement utilitaire, les Plates-bandes en bordure des allées principales furent réservées aux fleurs ; à gauche du Verger, on étendit une esplanade de gazon dont la partie supérieure, en raison de la différence de niveau, se trouve reliée par des talus avec le niveau des Parterres et de l'allée d'arrivée.
Devant la façade Sud-Ouest de l'habitation se succédaient les pelouses d'un vieux Jardin paysager avec, et au Nord, le vieux Jardin potager. C'est tout cet ensemble Glue le propriétaire jugea opportun d'aménager, l'année suivante, dans le goût des agencements déjà réalisés, et dont il avait su juger l'effet.
Pour établir une correspondance entre la partie à réaliser et celle exécutée l'année précédente, de même que pour cacher les serres, M. Ammann étudia une autre pergola-tonnelle, qui, au delà de la maison, semble la suite de la première, encore qu'elle ne soit pas sur le même alignement. A cette terrasse, il adjoignit un autre pavillon, traité d'une manière plus légère que le premier, et dont le toit correspond avec celui de la maison d'une propriété voisine, qui se trouve masquée. Ainsi, la façade Sud-Ouest ne la Demeure se trouve comme encadrée à distance par deux longues ailes.
Comme le terrain de ce côté était plus haut que celui de l'autre côté, que la première tonnelle était ouverte vers le Jardin-Potager, la nouvelle fut ouverte face à l'Ouest, et sa paroi de fond fut traitée en treillage serre pour mieux masquer les serres. Ce nouvel agencement devait servir de fond aux Plates-bandes. Roseraie et Jardin de fleurs projetés en contrebas sur trois plates-formes, stylisant et ordonnent la pente.
Tout le côté Nord-Ouest, en limite de la propriété voisine, fut plante de Tilleuls tailles en rideau, et devant la façade Sud Ouest de la maison fut établie une terrasse dominant le grand tapis vert — terrasse qu'ombrage le grand Châtaignier. Au-dessous de la nouvelle tonnelle se succèdent donc, sur trois plans différents, d'abord une allée droite parallèlement bordée de plates-bandes fleuries, — aboutissant au terre-plein haussé du pavillon — puis un Jardin de Roses, et un Jardin régulier de fleurs que deux emmarchements font communiquer et qu'enclosent des parois d'Ifs.


Ainsi, on a pu agréablement répartir des Plates-bandes de fleurs annuelles, d'Azalées, de plantes vivaces, etc. Deux rectangles assez larges, plantes de fleurs, dans le sens de la longueur, séparent ces dispositions du grand tapis vert que coupe l'allée d'arrivée, droite d'abord, puis légèrement courbée, bordée de haie de Rhododendrons au-dessus desquels se haussent des arbres à haute tige.
Des coins de repos ont été fort intelligemment aménagés ça et là, ainsi qu'il convient à notre époque, où le Jardin n'est pas seulement conçu pour satisfaire le regard mais aussi pour être habitable. C'est ainsi que l'allée droite, dans l'axe d'une des serres, a comme aboutissement régulier un retrait en surélévation avec chaises et bancs.
Les dispositions tout à fait originales et très plaisantes de ce Jardin, la liaison du Potager et du Verger avec les parties d'agrément sont originales et plaisantes. et l'ensemble est tout à fait représentatif de la manière de voir de M. Ammann. C'est un Jardin Moderne de bon aloi, aux lignes nettes, robustes, souvent massives par ses architectures de pierres — un Jardin auquel s'ajoutent des réminiscences, par ses calmes tapis verts, des verdoyants Jardins d'Angleterre.

(La vie à la campagne, Les jardins d’aujourd’hui,15 mars 1914)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire