mercredi 22 août 2012

Haro sur les voliges ...

je n'aurai pas de peine à prouver que la figure de nos jardins doit être agréable ; il est nécessaire que les yeux y trouvent d'abord de quoi être content et qu'il n'y ait rien de bizarre qui les blesse ...
(Jean-Baptiste la Quintinie, Instructions pour les jardins fruitiers et potagers,1690)



Construction d'un parterre avec voliges au jardin Willanow
Fausse découpe... en fait ébarbage... 
Parterres de la Villa Medicis et le jardin de William Wordsworth
Sans voliges, après découpe par le jardinier et installation de Voliges en fer dans une allée
Toute la poésie des parterres de la Villa Ephrussi de Rotschild

Je l'ai déjà dit et je le redis ... je n'aime pas les voliges ... Mais il ne faut pas confondre voliges de propreté et voliges de composition. Cette dernière a sa place dans les jardins co:mme ici à la Villa Médicis ou dans les jardins de William Wordsworth en Angleterre... Ces Voliges sont une partie intégrante de la composition, ce sont des bordures délimitant la composition... semblable à une banquette de gazon, une bordure de buis ou autres plantes … La volige que je nomme "de propreté ou technique" n'a rien à voir avec la composition ... Certes, elle est pratique car elle permet de reproduire facilement et de conserver le dessin... on peut dire aussi que cela facilite l'entretien …... C'est justement là que se pose l'utilité d'une volige , ce coté pratique n'a pas un grand intérêt. Figer dans le temps le dessin d'un parterre par une structure quasi armée est une idée ridicule... le parterre est une écriture du moment, un parterre c'est la possibilité d'un renouvellement facile des formes, de l'ambiance… avec ou sans fleur ...  topiaires ou pas topiaire … le parterre est un peu comme un potager que l'on peut redessiner chaque année si on le souhaite … Bon d'accord ! le parterre de Versailles, de Vaux le Vicomte ou de Champs on évitera de faire ça chaque année… bien que Champs a connu tout de même quatre parterres différents au cours du XXe siècle … bref! C'est une écriture que l'on peut reprendre tant qu'on veut … A Willanow, c'est une restitution de parterres que l'on fige pour très longtemps … Là franchement il y a de quoi hurler … figer un parterre est déjà un non sens alors le restituer … il ne faut pas avoir grand chose à dire de nouveau… mais je reviens à mes voliges … ce que je leurs reproche c'est encore une fois d'écarter le travail de l'homme du jardin, exit encore une fois le jardinier qui découpe ses bordures, qui découpe sachant que son travail ne sera visible que quelques jours... Le jardinier a compris que l'important n'est pas la propreté ni la technique ni la performance ... Non l'important dans un jardin c'est la poésie ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire