jeudi 14 mai 2015

Etes-vous jardinier ou enfant de Marie ? ...

Rarement le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) aura rendu évaluation potentiellement aussi lourde de conséquences. Dans la dernière édition de la revue The Lancet Oncology, publiée en ligne le 20 mars, l’agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) annonce avoir classé trois pesticides dans la catégorie 2A – c’est-à-dire « cancérogènes probables » –, dernier échelon avant la qualification de « cancérogène certain ».

Parmi les trois molécules réévaluées par le CIRC se trouvent deux insecticides, le diazinon et le malathion, dont l’utilisation est restreinte en Europe. C’est la troisième substance épinglée, le glyphosate, qui donne son caractère singulièrement explosif à l’avis rendu par le CIRC. Synthétisé par Monsanto dans les années 1970, le glyphosate – principal ingrédient du célèbre désherbant Roundup – est en effet l’herbicide le plus utilisé au monde et le plus souvent retrouvé dans l’environnement.

« Il est utilisé dans plus de 750 produits pour l’agriculture, la foresterie, les usages urbains et domestiques, notent les scientifiques réunis par le CIRC. Son utilisation a vivement augmenté avec le développement des cultures transgéniques tolérantes au glyphosate. » Ce n’est donc pas une simple substance chimique dont l’innocuité est mise en cause par le CIRC, mais la pierre angulaire de la stratégie du secteur des biotechnologies. La grande majorité des plantes génétiquement modifiées (PGM) mises en culture dans le monde sont en effet conçues pour pouvoir absorber cet herbicide sans péricliter, permettant ainsi un épandage direct sur les cultures pour désherber les surfaces cultivées.

Aux Etats-Unis, une étude publiée en 2011 par l’US Geological Survey a montré    que dans certaines régions, le glyphosate était présent à des niveaux mesurables dans les trois quarts des échantillons d’air et d’eau de pluie analysés.

Risques accrus de lymphome

En France, en dépit de l’absence de cultures transgéniques ad hoc, c’est le pesticide de synthèse le plus utilisé. Il s’en est épandu plus de 8 000 tonnes en 2011, loin devant les quelque 2 700 tonnes de la deuxième substance la plus populaire – le mancozèbe (un fongicide). Selon le rapport rendu en 2010 par l’Agence de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), « le glyphosate est [en France] le principal responsable du déclassement de la qualité des eaux ». La substance ne résiste cependant pas au chlore et est largement absente de l’eau potabilisée.

Ce n’est d’ailleurs pas sur la population générale que les études examinées par le CIRC décèlent un risque accru de cancer, mais sur les jardiniers et les agriculteurs. Selon l’agence, « des études cas-témoins d’exposition professionnelle [au glyphosate] conduites en Suède, aux Etats-Unis et au Canada ont montré des risques accrus de lymphome non hodgkinien [un cancer du sang] ». Quant aux expériences sur les animaux, certaines ont montré que le désherbant phare de Monsanto induisait des dommages chromosomiques, un risque augmenté de cancer de la peau, de cancer du tubule rénal, d’adénomes de cellules pancréatiques. Au total, cependant, le CIRC estime que l’ensemble de la littérature scientifique examinée ne permet pas de conclure avec une totale certitude à la cancérogénicité du glyphosate. 
Dans un communiqué publié lundi 23 mars, Monsanto a protesté, en termes crus, contre l’avis rendu par le CIRC. La société basée à Creve Coeur (Missouri) fustige la « science poubelle » (junk science, dans le texte) de l’agence intergouvernementale, dont elle rejette en bloc les conclusions. Dans une lettre datée du 20 mars et dont l’agence Bloomberg a obtenu copie, Monsanto intime même à Margaret Chan, la directrice générale de l’OMS, de faire « rectifier » l’opinion du CIRC.

Celle-ci a pourtant été établie selon un processus immuable depuis quarante ans. Une vingtaine de scientifiques de plusieurs disciplines (toxicologie, épidémiologie…) sont réunis par l’agence, sélectionnés sur leurs compétences et l’absence stricte de conflits d’intérêts avec l’industrie. Un projet d’avis, fondé sur l’ensemble de la littérature scientifique publiée sur le sujet examiné, est discuté par les chercheurs, plusieurs jours durant, en présence d’observateurs de l’industrie, de représentants d’agences de sécurité sanitaire, etc. Lorsque les membres du groupe d’experts parviennent à un consensus, l’avis est adopté. Les opinions du CIRC bénéficient du plus haut niveau de reconnaissance dans la communauté scientifique, mais sont souvent attaquées par les secteurs industriels contrariés.

« Identification des risques »

Purement informatifs, ces avis n’ont pas valeur réglementaire : ils ne peuvent conduire en eux-mêmes à l’interdiction ou à la régulation d’une substance. « Nous ne faisons pas de l’évaluation des risques mais de l’identification des risques, rappelle-t-on au CIRC. Notre avis ne dit pas si la population générale court un risque du fait de telle ou telle substance, cela c’est le travail des agences de sécurité sanitaire. »

Le glyphosate est précisément en cours de réévaluation au niveau européen. Interrogée, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) précise que c’est son homologue allemand, le Bundesinstitut für Risikobewertung (BfR), qui a été chargé de le réévaluer au nom de l’Europe – la procédure européenne veut en effet qu’un Etat-rapporteur soit désigné pour conduire l’évaluation des risques des pesticides. Les résultats de cette expertise, qui doit repasser sous les fourches Caudines de l’EFSA avant d’être formellement adoptée, sont attendus dans les prochaines semaines.

Les experts allemands et européens ne pourront pas ignorer l’avis des experts du CIRC, pas plus que d’autres travaux récents sur des risques autres que le cancer. Mais l’interdiction du glyphosate, réclamée par plusieurs ONG, n’est pas pour demain. Un vieux routier de l’évaluation des risques en veut pour présage la composition « particulièrement intéressante » du groupe d’experts « Pesticides » de l’agence allemande : le tiers des membres du comité sont directement salariés… par des géants de l’agrochimie ou des biotechnologies !
(Stéphane Foucart, Journaliste au Monde -  Le désherbant Roundup classé cancérogène, 2015)

"Découpe" chimique dans je ne sais plus quel jardin

If situé en un point bas du jardin et subissant une intoxication par accumulation d'herbicides

Je ne sais pas si ces produits sont dangereux pour la santé ou pour l'environnement ! Je pense fortement que oui .... mais sans aucun fondement scientifique ... juste une méfiance justifiée depuis le fameux jour, il y a 35 ans, où j'ai vu crever un ver de terre en quelques secondes au contact d'un produit (autre que le glyphosate) que je répandais à mains nues ... Vous avez déjà vu mourir un ver de terre ? Ça ne meurt pas ces trucs là ... Vous les coupez en quatre, vous les accrochez à un hameçon, vous les plongez dans l'eau pendant deux heures ... il vivent toujours ... Ce jour là, il aura fallu moins de dix secondes ... et il m'aura fallu moins de dix secondes également pour regarder mes mains nues, ma cigarette et comprendre que j'avalais ce produit dégueulasse ... Il faudra attendre pas mal d'années pour que je balance tous ces produits à la poubelle ... J'ai donc continué, tel un imbécile discipliné à répandre ce produit mais avec des gants ... Mon chef passe, voit mes gants et me dit " Vous portez des gants ? Etes-vous jardinier ou enfant de Marie ? ... Je me demande si les gants n'ont pas fait leur apparition dans les jardins à cette époque ...  Mettre des gants est apparu comme une évolution positive alors qu'on s'enfonçait dans la bêtise ... Il est apparu toutes sortes de produits et d'outils "modernes"... souffleuse, découpeuse, débroussailleuse, arrosage automatique, volige... période que j'appelle le tout chimique et le tout mécanique ... moins on en sait sur le jardin et plus l'arsenal augmente ... 

Le jardinier flatté qu'on s'intéresse enfin à lui reçoit régulièrement le Commercial sapé de son costard bon marché ... Le concours de celui qui aura la plus grosse tondeuse est lancé ... Le parfum des roses et le chant des oiseaux laisse la place au parfum du dimethoxyphosphorylsulfanyl et au chant puissant du moteur de souffleuse ... Le jardinier jette son tablier pour des tenues et masques Nucléaire, Biologique Chimique et des casques anti-bruit ... Le jardinier s'isole, il ne travaille plus en équipe mais seul dans un bruit infernal, respirant vapeur d'essence et produit chimique ... Gilles Clément dit à cette époque que le jardinier fait la guerre au jardin ... et à lui-même serai-je tenté d'ajouter ... Je vous passe les retours - œsophage brûlé, décoloration des cheveux, cancer ... Bizarrement on ne balance pas tout à la poubelle, on forme les jardiniers à l'utilisation de ces horreurs ... Nous devenons les champions du traitement à goutte pendante ... On ne s'est jamais autant éloigné du jardin qu'à cette époque ... Je me souviens, vers les années 2000 (donc tardif), d'un directeur d'espaces verts se vanter d'appliquer une politique "zéro-herbe" sur l'ensemble de sa commune ... c'est à dire une herbe pousse, l'entreprise revient traiter ... inutile de vous dire que les entreprises ne revenaient pas et pour cela mettaient la dose ... on s’étonne que les arbres crèvent ...

La loi Labbé du 23 janvier 2014 (Objectif zérophyto dans les jardins et espaces verts)
est une loi salvatrice, une loi de sage ... et pourtant bien mal accueillie, elle est vécue comme une contrainte, une interdiction de plus ... Alors, j'en entends de toutes les couleurs "Comment entretenir son jardin avec les nouvelles réglementations ?" "Un jardin qui accueille du public se doit d'être propre", "économie de personnel", "rendre les taches liées au jardin moins fastidieuses" etc. etc. etc. ... Je vous le dis tout net !!! ARRÊTEZ VOS CONNERIES, TOUT EST IRRECEVABLE !!! Il n'y aurait que moi, j'interdirais les souffleuses, les voliges et toutes ces horreurs qui polluent les jardins ... pollutions chimique, sonore, visuelle ... j'interdirais tout ce qui chasse le geste de l'homme, les pratiques, la poésie... 

Surtout que toute cette panoplie de produit ne sert absolument à rien ... Comment peut-on pensez une seconde, dans un pays instruit comme la France, que l'on peut gérer une allée en répandant simplement de l'eau dessus avec un produit qui tue l'herbe ? Ce serait trop facile ...
La propreté dans un jardin est l’ennemie de la gestion ... J'aime le mot gestion ... Le jardinier est un gestionnaire de lieu. Je ne vais pas 
passer toutes les tâches en revu ... du pourquoi et du comment ... Une allée, par exemple, s'entretient mécaniquement avec râteau binette et tous ces outils qui provoquent mal au dos. Mais ces actions modèlent, conservent, drainent, assainissent les allées ... ainsi la "propreté" devient un résultat et non un objectif ... 

Alors, pour ceux qui doutent, qui sont perdus sans leurs pesticides, leur souffleuse ... Replongez-vous dans la littérature hortésienne et posez vous cette question qui me hante sans cesse ...

Qu'est-ce qu'un jardin ? ...




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire