dimanche 12 avril 2015

Je ne crois pas un mot de toutes ces histoires ...

Imitant Courteline, un sceptique notoire,
Manifestant ainsi que l'on me désabuse,
J'ai des velléités d'arpenter les trottoirs
Avec cette devise écrite à mon gibus :
"Je ne crois pas un mot de toutes ces histoires."
Dieu, diable, paradis, enfer et purgatoire,
Les bons récompensés et les méchants punis,
Et le corps du Seigneur dans le fond du ciboire,
Et l'huile consacrée comme le pain bénit,
"Je ne crois pas un mot de toutes ces histoires."
Et la bonne aventure et l'art divinatoire,
Les cartes, les tarots, les lignes de la main,
La clé des songes, le pendule oscillatoire,
Les astres indiquant ce que sera demain,
"Je ne crois pas un mot de toutes ces histoires."
Les preuves à l'appui, les preuves péremptoires,
Témoins dignes de foi, metteurs de mains au feu,
Et le respect de l'homme à l'interrogatoire,
Et les vérités vraies, les spontanés aveux,
"Je ne crois pas un mot de toutes ces histoires."
Le bagne, l'échafaud entre autres exutoires,
Et l'efficacité de la peine de mort,
Le criminel saisi d'un zèle expiatoire,
Qui bat sa coulpe bourrelé par le remords,
"Je ne crois pas un mot de toutes ces histoires."
Sur les tombeaux les oraisons déclamatoires,
Les "C'était un bon fils, bon père, bon mari",
"Le meilleur d'entre nous et le plus méritoire",
"Un saint homme, un coeur d'or, un bel et noble esprit",
"Je ne crois pas un mot de toutes ces histoires."
Les "saint-Jean Bouche d'or", les charmeurs d'auditoire,
Les placements de sentiments de tout repos,
Et les billevesées de tous les répertoires,
Et les morts pour que naisse un avenir plus beau,
"Je ne crois pas un mot de toutes ces histoires."
Mais j'envie les pauvres d'esprit pouvant y croire.
(Georges Brassens, Le Sceptique,  Non enregistré par GB)

Hôtel de Monaco (Matignon) - J.E.D - Janvier 1890

Hôtel de Matignon vers 1904 -1906 _  Portique XVIIIe siècle dans les jardins de l'Ambassade d'Autriche-Hongrie à Paris - M Duchêne, Architecte Paysagiste - Restauré par les établissements Ticotel
Notez les vases ...
Achille Duchêne, ambassade d'Autriche-Hongrie, le portique de treillage, négatif sur verre, 1907?
(Jean-Christophe Molinier - Jardin de ville privés 1890 1930 - 1991)
Cette photographie me semble (avec un doute raisonnable) plus tardive que celle de Tricotel (haie,  topiaires, lierre, vases cassées)
Je suis comme Brassens ... Sceptique, comme lui,"Je ne crois pas un mot de toutes ces histoires." ... de jardins que l'on nous raconte depuis bien trop longtemps maintenant ... 

"Les roses de Joséphine, les Cèdres de Buffon et celui de Marengo...Les jardins de Le Nôtre, les jardins disparus de Blaikie, les parterres et les treillages d'Achille Duchêne" ... et j'en passe... 

Si, un jour, vous allez à Matignon comme Premier ministre ou comme simple visiteur, on vous racontera que ce magnifique portique en treillage (appelé bizarrement Gloriette) a été, comme le Salon de Madame de Champs-sur-Marne, dessiné par Achille Duchêne ... Je pourrais enfin faire taire cette ânerie et rétablir La vérité historique ... Mais, vous ralliant à ma cause, je vous entends déjà dire avec raison..."Je ne crois pas un mot de toutes ces histoires." ... Alors, je ne vous dirai rien et surtout pas qu'en 1890, le petit Achille jouait encore au cerceau et n'avait encore rien signé ... 

Bien évidemment, on peut se poser  la question ... Pourquoi est-ce important d'attribuer ??? pas de nom pas de valeur ?? je comprends pour un tableau (et encore) mais pour un jardin ? Tentez l'expérience "Vous faites une affaire, ce jardin est de Jean-Marie Morel, dans 5 ans, il vaudra le double"  Bide assuré  ...

Pourquoi est-ce important de mal attribuer un jardin ??? "Probablement de Le Nôtre" ... dira trucmuche ..." et probablement de Duchêne"  enchaînera schtroumpfbidule
Achille Duchêne ? Le pauvre !!! il est le champion malheureux de la catégorie ... on lui attribue tout ... Même des photographies aériennes de 1908  ... Fortiche!
Un jour, exprimant un doute sur une attribution, on osa me répondre un imparable "Rien  dans les archives nous affirme que ce n'est pas de Duchêne" ... 

Bon, on ne va pas s'éterniser la-dessus  ... les pauvres d'esprit peuvent croire ce qu'ils veulent et même attribuer les jardins du Tadjikistan à André Le Nôtre, entre nous, je m'en fiche un peu ...  Seul le devenir des jardins est important...

Le Salon de Madame,  Champs-sur-Marne - Photographie Jean Gourbeix :  Parc, côté est : Bosquet des Dames avec quatre bustes féminins sur piédestal

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire