lundi 17 mars 2014

Plantes de la Renaissance pour innover ... un peu ...

Le savinier par d'aucuns sabina, se reprend de branche, mais plus facilement de plant enraciné, et avec plus d'advancernent aussi. Un pied dans terre, est-il planté : désire d'estre bien cultivé, quelques-fois fumé, et arrousé. De deux sortes de savinier y a-il, dont la plus prisée, a le fueillage approchant de celui du cyprès, à telle cause appellé des Anciens, cyprès de Candie. Les deux sont tous jours verdoyans, sans craindre beaucoup les froidures, dont les cabinets et berceaux sont convenablement façonnés.
Le troesne, appellé en latin lugustrum, bois-blanc, à Lion, et à Fontainebleau, coigneau, est bien-séant en barrières ou palissades bornans les allées du jardin, pour la verdeur de ses faeilles, pour la fermeté de son bois, de lui-mesme s'appuyant sans autre artifice, que d'en entortiller le ramage, et pour demeurer long temps en service. A faute de plant enraciné, l'on l'édifie de semence, par l'un et l'autre fort facilement, voire se reprend-il de branche assés bien. II graine tous les ans, jettant sa semence dans des petites bouteilles noires à touppets, qu'il se conserve en hyver, lesquels meslés parmi le vert de fimeillage, augmente la grace des barrières: ausquelles le troesne se représente bien, ne pouvant servir ni en cabinets ni tonnelles, à cause qu'il ne peut monter hautement.
L'arbre de Judée sera mis ici, pour servir et en palissade et en cabinet. Il est par de d'aucuns appelle, gueinier, parce, à monavis, qu'il jette des longues goustes comme gueines à cousteaux, où sa graine s'en gendre. C'est un arbre plustost petit que grand, de la taille du prunier, rejettant abondamment du pied. Il est ployable à tout, car il se laisse manier à la trenche comme l'on veut. Sa fueille est assez large, de figure pareille à celle du lierre, mais plus grande de la moitié , de couleur vert-gai, pousse tost après l'hyver, qualités causans advancé et agréable ombrage. Ses fleurs colombines , ressemblantes à celles de fleur de pescher, augmentent la grace de l'arbre, mesme qu'elles naissent indifféremment sur le tronc de l'arbre, aussi bien ès endroits endurcis tics branches , que sur leurs bouts et cimes, précédentes de trois sepmaines la naissance de la fueille, et se rendent utiles en ce qu'elles sont mangeables en salade, tenans quelque chose de la saveur des capres. Il s'édifie par rejects enracinés prins ès pieds des vieux arbres, à faute desquels, satisfera la graine employée au mois de Mars ou d'Avril.
Lilac : De semblable corps et service que le précédent , est cestui-ci, dict, lilac ; son fueillage est plaisant à voir. Ses belles et grandes fleurs de couleur grix violent, sentans bon, parent longuement le jardin. Produit abondamment du pied, dont les rejetIons renouvellent la plante défaillans, ce sera la semence qui satisfera à cela, l'employant au mois de Mars ou d'Avril, en terre grasse et desliée. 
Le seringa porte la fleur blanche et petite, très-agréable à voir et à sentir, vient après celle de lilac. Est de longue durée au jardin y servant de plaisant ornement. Sert commodément en palissades et cabinets. S'édifie de branche, aussi de semence dont il est rendu de facile eslève ment, pourveu qu'il soit mis en bonne terre.
(Olivier de Serres, Théâtre d'agriculture et mesnage des champs;1600)



Miami : Palissade de Ficus benjamina (ou retusa) dans le fameux hôtel art déco Le Delano
Le magnifique jardin de la Ballue avec ses palissades de Thuyas
Je relis Olivier de Serres ... Chacun son truc !!  Le passage présenté mérite une certaine attention. A l'heure ou les Marronniers, Platanes, Buis sont infestés pas des maladies, il est à la fois réconfortant et navrant de constater qu'avant 1600 la palette pour former des palissades était bien plus importante, audacieuse et créatrice qu'aujourd'hui ...... Demain, il sera difficile de planter du buis nous dit-on ...  permettez-moi de m'associer à Olivier de Serres et de répondre : " Est-ce réellement un problème ? "

Pour info, il existe une palissade formée avec des Arbres de Judée dans le domaine de Saint-Cloud (en descendant vers l'étang des Carpes) elle doit dater du 19e siècle ... quant aux palissades de Seringa et de Lilas, je serais curieux de voir ça ...  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire