vendredi 30 novembre 2012

Souvenir de plantouilles ...


Mon intérêt pour les fleurs a commencé très tôt, ma famille ayant quitté Londres pour une maison à la campagne (à Bramley Park dans le Surrey), lorsque j'avais quatre ans et demi. Je n'avais connu que les marguerites du Square Garden et les pissenlits du Green Parc de Londres. Je fus émerveillée de découvrir les lys, les primevères, les campanules, les anémones des bois et les violettes sauvages disséminées dans ce jardin bien entretenu et, par-dessus tout, de pouvoir contempler les très belles plantations d'arbustes, soulignées, à l'arrière-plan, par d'imposants Rhododendron ponticum (la forme hybride n'était pas encore connue). Pour l'époque, ce jardin d'arbustes était exceptionnellement riche car on y trouvait, entre autres espèces, la douce Azalea pontica, les Vacciniums, les Andromedas et quelques rosiers anciens; la variété double Cinnamon aux fleurs roses de forme plate et Rosa virginiana, grimpant parmi les arbustes. Les plantes les plus grandes étaient des arbres à feuillage persistant de la classe des Arbor Vitae et des Cupressus, ainsi que des Ailanthus, des noyers blancs d'Amérique (Hickory), des hêtres et des Taxodium distichum et, pour finir, une haie épaisse de laurier commun, qui n'était pas sans intérêt, car chaque printemps, les grives venaient y faire leur nid.
(Gertrude Jekyll, Quelques souvenirs de jeunesse, Gardening  Illustrated, 27 août 1927)


Chez Ernest Hemingway à la Havane

Aux Châteaux de la Cosse et Montertreau

Château de Ligoure

Parc Yosemite

Villa Carlotta
Vous qui ne connaissez pas les végétaux... Vous qui essayez lamentablement et en vain de retenir des mots comme Ceratostigma plumbaginoïdes ... Au lieu de nous demander de mettre des étiquettes partout, qui enlaidissent les jardins et ne servent à rien, pourquoi ne pas essayer une nouvelle classification ? Donner aux plantes le nom du lieu où nous les avons rencontrées ... Bon! Comme toutes les nouvelles classifications, c'est assez limité, c'est assez perso et l'échange est difficile " Ce rose de Villa Calotta " "Mais non il était blanc" ... " Cet arbre gigantesque de Yosemite" "Mais non il était rabougri" ... Ne soyez pas complexé, personne ne connait, ne reconnaît toutes les plantes ? Même avec une flore, le seul outil efficace, que se passe t'il ? on reconnait, on est ravi puis généralement on oublie ... et on recommence ... le seul intérêt de connaître le nom des plantes est scientifique, même chez les amateurs ... En revanche, s'attarder devant une plante dans un lieu bien précis provoque toujours ce petit quelque chose que l'on oublie pas  ... un bon souvenir ... 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire