mercredi 17 octobre 2012

Le jardinier est un bienveillant …

La nature peignée, mise en culture, s'oppose à la pureté sup­posée des étendues vierges. Le rapport de l'homme avec la terre est sentimental, économique, possessif, passionnel. Aujourd'hui, on est un peu plus conscient des dommages que L'action de l'homme a causés à la nature. Comment réparer les dégâts ? Le problème est complexe et urgent, car l'urbanisation s'accroît et la population augmente.Comment corriger, comment prévenir ? Le traitement des sols pollués peut être entrepris de diverses manières qui font appel à la botanique, à la microbiologie, à la chimie, à l'électrochimie. Une technique est la phytoremédiation. Pour débarrasser un ter­rain d'un excès de métaux, on peut y faire pousser des plantes qui vont les absorber préférentiellement et permettre de les recy­cler. D'autres pratiques de « réparation végétale » sont utilisées pour, par exemple, freiner l'avancée du désert. Étant assujetties au rythme lent du végétal, ces méthodes exigent de la patience et une continuité dans l'action. IL s'agit d'investissements à long terme, d'actions civiques dans l'intérêt des futurs habitants de la planète. Réparer et ménager la terre sont désormais des devoirs : nous devons tenter de laisser derrière nous des sols propres, d'autant plus que nous savons encore comment et pour­quoi ils ont été pollués.
(Gilles Clément, Le Jardin Planétaire, 1999)

L'autre jardinier planétaire ...
J'entends des trucs ... Le jardinier est-il le créateur du jardin ? Le jardinier de Versailles partage-t-il la signature de l'œuvre avec André Le Nôtre ? Peut-on réellement parler de double signatures paysagiste/jardinier … ? A-t-on déjà entendu dire ne serait-ce qu’une seule fois n’importe où dans le monde " jardin créé par ??? et interprété par le célèbre jardinier ???" Moi ! Jamais entendu. Certes, on a entendu parler de célèbres jardiniers comme notre ami Jules-Alexandre Hardy au Luxembourg... mais il s'agit là d'un jardinier botaniste et non d'un créateur de jardin ...  Regardez à Champs, nous avons Claude Desgots, Henri et Achille Duchêne… on peut  parler ici de double voire triple signatures … A aucun moment on associe les deux derniers jardiniers en chef Pierre Harmel et Jean-Luc Dargent et pourtant, ils ont ni plus ni moins sauvé, redessiné et reconstruit le jardin. Peut-on associer le jardinier non pas comme individu mais comme profession dans le style "grâce au travail des jardiniers le jardin etc. ..." Non ! Non et non !!...  "le jardinier n'est pas un numéro" dirait alors Patrick McGoohan ( Numéro six)  dans Le Prisonnier … Le jardinier parano serait tenté de dire que tout ça c’est du politiquement correct, qu'on ne peut exister que si et seulement  si on est dans le processus de la création du jardin … Foutaise… C’est de l'ignorance et  méconnaitre le rôle du jardinier …  Le jardinier n'est pas un créateur, il est le bienveillant du jardin ...  à l’image de ce Jardinier Planétaire cher à Gilles Clément qui en aucun cas ne revendique une part dans la Création mais veille à la conservation à l'évolution à la transmission de la planète ou du jardin... comme on veut,  puisque visiblement c’est pareil …

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire