mardi 12 novembre 2013

La commedia è finita ...

Tout le monde a connu ou connaît des familles ayant à leur service depuis de nombreuses années un fidèle domestique. Il est de bon ton de l'appeler par son prénom. Lui, donne du Monsieur à son employeur, qui s'empresse de souligner ses qualités et combien il serait perdu sans ses compétences. Je pense que Louis XIV éprouve de la reconnaissance, de la considération pour le travail accompli par Le Nôtre, peut-être du respect, mais, de l'amitié, je ne suis pas convaincu. Aucune chronique ne relate une fête à Versailles donnée en l'honneur de Le Nôtre, ou même à laquelle il fut convié. Pas de trace non plus d'une soirée organisée par Le Nôtre où le roi se serait rendu. Il ne le visite pas dans sa retraite de Pontchartrain et n'honore pas ses obsèques de sa présence. Pas même une petite statue dans le parc de son grand « ami» auquel il est redevable de tant de merveilles.
Aujourd'hui, à Versailles, le climat n'a pas beaucoup changé. J'ai connu des patrons qui, au moment de leur départ, louaient notre collaboration avec des trémolos dans la voix, mais qui n'ont jamais invité "leur" jardinier à prendre un café. En 2011, un riche mécène avait commandé un "bosquet des États-Unis" composé d'arbres envoyés par chaque État fédéré. Une réussite. Que d'éloges reçus! Mais, le jour de la fête qu'on y donna, intitulée "De Louis (XIV) à Louis (Armstrong)", je n'étais pas invité.
(Alain Baraton, Si Versailles m'était planté, Hors série Télérama, 2013)
Véritable chaussure en plâtre de Le Nôtre - Reproduction American friends of Chantilly ...


Authentique pied (grec) de Le Nôtre en tong sur la plage de Calvi ... 
Amer Baraton ...  Pour jouer les jardiniers malheureux, il est imbattable ... Je l'aime bien Alain Baraton même quand il s'identifie à Le Nôtre  ... Bon !! ce n'est pas tout ... Avec l'exposition André Le Nôtre en perspectives. 1613 - 2013 qui se tient à Versailles,  L'Annus Horribilis Le Nôtre se termine enfin ...  Ouf!!! Pas trop tôt ... On retiendra de cette année de commémoration, en dehors de la cacophonie générale, non pas une création majeure mais deux destructions majeures : les parterres historiques de Sceaux et de Maintenon  ... Bref ! une très très mauvaise année pour les jardins ... et au moins deux jardiniers malheureux ...

2 commentaires:

  1. Charmant épisode ,
    Prenez la place du sieur Baratin sur Inter ! Nous le souhaitons vivement ... vraiment ras le bol des "à peu près" qui moque le jardinier amateur et sous estime le niveau des auditeurs
    S'il vous plait.
    Merci pour toutes les analyses de parcs et jardins , passionnant.
    naincrédule

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous, c'est très aimable ... cela dit Alain Baraton est un très bon jardinier, il s'est imposé un exercice très difficile.
      L'année du jardinier

      Supprimer