vendredi 14 décembre 2012

Mon papa il était super fort ...

Mais je sais qu'un enfant perdu,
Sans vergogne,
A de la corde de pendu,
De pendu,
A de la chance quand il a,
Sans vergogne,
Un père de ce tonneau-là,
Ce tonneau-là.


(Georges Brassens, Les Quatre Bacheliers, 1966)


Le fameux parterre dans les jardins de l’Élysée. (1975)
Au fond, Jean-Claude Marty dirigeant le chantier, il deviendra par la suite jardinier en chef du domaine national de Versailles
Première esquisse


Mon père (et Giscard) surveillant la première installation des orangers à l'Elysée (1975-76)


Mon père avec Giscard en 1975 dans le parc de l'Elysée

Alors que la première année de ce blog se termine, le besoin de vous parler de mon père se fait sentir … Mon père était jardinier … mais pas n’importe lequel … un soir, à l’heure du diner, le téléphone sonne… bizarrement mon père répond … " Le Président de la République souhaite vous parler " dit une voix … Je n’avais pas entendu mais j’ai tout tout de suite senti en voyant mon père au garde à vous que ce n’était pas un coup de fil ordinaire "Mes respects Monsieur le Président de la République " dit mon père quelques instants plus tard … ( mon père, je l’ai toujours admiré pour ça .. il était capable de dire "Mes respects Monsieur le Président de la République" au Président de la République sans trébucher … assez cool même … ) Un silence un peu pesant se fait … Nous, mon frère ma mère et moi, on se regarde .. on se questionne du menton, du regard … mon père ponctue d’un "Entendu Monsieur le Président de la République … je m’en occupe Monsieur Etc … mes respects Monsieur Etc …" Mon père raccroche, nous regarde avec son œil malin et nous dit un peu à la façon de Bernard Blier "C’était le patron ... il veut un parterre sous ses fenêtres " Je ne sais pas exactement comment il s’est débrouillé … Le parterre est toujours là, mon père n’est plus, … et malgré tout le respect et l’amour que j’ai pour lui … Papa, ton parterre il est sympa ... mais quand même ! Ou es tu allé chercher ça ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire