lundi 6 octobre 2014

Choper la crève à Compiègne ...

Le jardinier est la plus belle rose de son jardin.
(Jean Genet, Pompes funèbres,1947)

Vers 10h ce mercredi 1er octobre sur le pont de Solferino à Compiègne 
Le parc et son magnifique groupe de Mélèzes 
L'allée Verte : l'entrée historique vers la terrasse du Château 
La Serre tempérée, haut lieu de l'horticulture, transformée pour l'été en salon de thé 
J'ai travaillé quatre ans à Compiègne et pendant quatre ans j'ai eu la crève ... Mes gènes corses réagissent mal à l'humidité ... En ce matin du 1er octobre, en franchissant le pont de Solferino, je me dis qu'une petite laine n'aurait pas été superflue .... Arriver à Compiègne dans le brouillard (je m'excuse auprès de mes amis Compiègnois) n'est pas franchement joyeux ... D'ailleurs Compiègne a une mémoire douloureuse ... Sur le quai de la gare, on vous rappelle que 72000 personnes furent embarquées pour les camps de concentration... un train y est exposé ... Quelques deux cent mètres plus loin, la statue de Jeanne d'Arc vous rappelle que c'est bien ici qu'elle fut arrêtée par les anglais ... En face, le pont de Solferino fut détruit en 1914 et 1940 pour ralentir la progression allemande ... A l'image de ce copain se baladant un jour dans Compiègne, je m'arrête net et je me dis"Mais qu'est-ce que je fais ici ? " ... Et bien je travaille ... et mon travail aujourd'hui est de retourner voir le jardin ... Dans le brouillard, certes l'Allée des Beaumonts n'est pas très visible mais le parc de Compiègne, d'une composition magnifique plus compliquée qu'elle ne le laisse paraître, est toujours là, très beau ... Le temps se lève ... Nous déjeunons dans la serre tempérée qui, l'été, se transforme en salon de thé ... une bien riche idée ... En face, dans le Jardins des Roses, le jardinier en chef parle avec ses invités ... Un léger sourire au lève, je pense à la phrase de Jean Genêt ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire