lundi 23 juin 2014

De l'If ou l'Arbre de mort ...

Celui-ci provient aussi des petits bâtons ou jeunes branches qu'on en plante. On en fait aussi des haies ou des contre-espaliers et sont toujours verts. On les transplante au commencement du mois de mars dans la terre sablonneuse. On en fait aussi des arbres dont on taille le branchage en couronnes, ou bien on les laisse monter tout droit en rond, selon la fantaisie de chacun.
(Jan Van der Groen, Le Jardinier du Pays-Bas, De l'If ou l'Arbre de mort, 1672)


Souvent, on me demande s'il est possible de redonner la forme originelle aux ifs anciens qui se sont laissés pervertir par le temps et les jardiniers ... Cette taille de rajeunissement est possible ... elle est tellement radicale que les jardiniers hésitent souvent à l'utiliser. Pourtant c'est une technique très ancienne déjà citée dans La théorie et la pratique du jardinage, Antoine-Joseph Dézallier d'Argenville (1709).

Taille de rajeunissement sur les ifs de la cour d'honneur de la Malmaison 

Jean-Michel Sainsard - Principe de rajeunissement sur Taxus baccata (if) 
Toutefois, l'histoire et la gestion des topiaires sont loin d'être maîtrisées. Si les méthodes pour réaliser les topiaires et les différentes architectures sont connues, la construction de gabarit pour conserver la forme originelle du topiaire semble récente. Les jardiniers appliquaient des tontes à main levée produisant immanquablement un relâchement des formes.

Anonyme, Manière de dresser les ifs XVIIe siècle - Musée des arts décoratifs (Paris)

Si j'ai longtemps conseillé et même pratiqué cette taille, mettant en avant l'homogénéité, les proportions et le rapport avec l'architecture, ... j'ai tendance maintenant à la déconseiller.

Je mets en garde systématiquement contre toute intervention systématique... si parfois ces relâchements appauvrissent le jardin, la plupart des exemples de relâchement d'ifs donnent des résultats d'une grande poésie et pour citer notre ami Jan Van der Groen, sont d'une grande fantaisie. 
On pense bien sur à Levens Hall en Angleterre, mais aussi, moins connu, au domaine de Lathan en Pays de la Loire ou au Palais Boromée à Isola Bella. Ces ifs fantasques, disproportionnés, deviennent, à l'image des ifs du Parc de Sceaux épargnés par la scandaleuse restitution des parterres, des éléments essentiels et indissociables de la composition.

Domaine de Lathan
L'if d'Isola Bella ( et mon fiston)
Les ifs du Domaine de Vayres

Et que dire des Buis de Powis Castle ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire